Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 05:08

On cherchera vainement dans ce projet une once d’exercice démocratique. Mené dans le plus grand secret et la tradition féodale, il est né dans la tête d’un élu, premier édile, pour être présenté aux populations subitement informées qu’il y allait avoir, tout près de chez elles, un parc cathare, cathare pour la couleur locale, cathare pour le marketing.

Les populations concernées en voulaient-elles ? Peut-être ou peut-être pas. Le fait est qu’il ne leur a été rien demandé. Le Prince, ici le baron, a décidé. Allez ! manants, je sais ce qui est bon pour vous mes sujets. Pareillement parlait jadis le père à son enfant. Mais là, ce ne sont point des enfants, il faut en convenir, mais des adultes, qui plus est des citoyens, tenus pour des demeurés.

Ainsi advient-il ce qu’on voyait poindre et dénonçait, des décisions prises sans concertation. Imposées du fait du baron comme il est le fait du Prince. Sorti d’un esprit lumineux comme Athéna sortit du crâne de Zeus, nous voici avec Catharland. Et après ça on voudrait nous faire croire que les citoyens on droit à la parole, droit de juger de ce qui est bon pour eux ou pas. On voudrait nous donner à penser que le pouvoir est au peuple quand ce dernier est tenu à l’écart. C’est ici qu’on mesure toute l’illusion démocratique qu’est la réforme territoriale qui accorde aux élus de si larges pouvoirs qu’il n’est plus besoin de se concerter avec les citoyens et de leur demander approbation ou pas.

Le baron solférinien local, que nous allons appeler l’ELU, a de qui tenir, il statue comme le font Hollande, Valls et Macron, comme le fait l’oligarchie politique européenne, car pas plus qu’il ne peut y avoir, selon Juncker, « de choix démocratique contre les traités européens », il ne peut y avoir de choix démocratique contre le désir de l’ELU. Passez votre chemin. On l’inviterait bien à aller voir comment les choix s’établissent du côté de Marinaleda ; ce serait trop lui demander. Comme on l’inviterait bien à lire le Contrat social de Rousseau ou à chercher le passage de Tristes tropiques de Claude Lévi-Strauss dans lequel celui-ci relate que le chef est celui qui lie ensemble les autres et reçoit de ces derniers le consentement.

A quand la mise en œuvre du référendum révocatoire ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche