Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 05:38


sponsorisés parPeu de jours après la promulgation de la loi régressive sur les retraites repoussant l’âge légal de départ à 62 ans,  Renault propose, sur 3 ans,  à 3000 salariés de 58 ans et plus de se barrer.

Ces derniers percevront 75 % de leur salaire net, jusqu'au jour où ils pourront faire valoir leurs droits.

 

On ne va pas faire la fine gueule, mais quand même !

 

La gueule justement, c’est Laurence Parisot qui s’y attèle. Elle se dit étonnée, la pauvrette. Tu parles !

«..quelques jours après l’adoption d’une réforme importante pour l’économie du pays et pour les salariés, (il est étonnant qu’) un signal contradictoire soit émis par une entreprise dont un des actionnaires est l’Etat », balance la présidente du Medef.

Bon ! Avec elle (même si elle n’en pense pas un  traite mot), constatons que c’est un signal contradictoire qui vient signifier l’inanité des arguments gouvernementaux pour faire passer la loi régressive.

La loi régressive devait bouster* l’emploi des seniors ? Mon cul ! Les seniors à la trappe. Comme dab !

*En français, siouplaît, la Pucelle a bouté les anglais dehors.

Au passage, remarquons, selon la donzelle, que la loi régressive était importante pour l’économie (pas pour les patrons, nuance) et les salariés (comme si c’était sa préoccupation première de dame patronnesse !).

Remarquons aussi que l’Etat actionnaire était :

·         soit d’accord avec le patron de Renault (en contradiction avec la l’esprit de la loi régressive sur les retraites),

·          soit il ne pouvait rien faire dans la décision prise (ce qui en dit long sur sa capacité d’actionnaire).

 

Pour mémoire, Renault avait déjà proposé un plan de départ volontaire de 4400 salariés en 2008 et 2009. Comme quoi, ce n’est pas d’hier que les séniors ne font plus recette et que les jeunes restent à la crèche (car il n’est pas question d’embaucher pour Renault) pour remplacer les usés.

 

Arrivé là, je ne sais plus si je dois continuer à évoquer la loi régressive sur les retraites ou faire écho à Bernard Thibault lorsqu’il exprime sa crainte devant ce qui apparait comme "un outil de dégraissage des effectifs», ou bien citer François Chérèque : « il  faut revoir la réforme. On voit bien que les grandes entreprises, en particulier du CAC 40, ne veulent pas garder les seniors". Effectivement, les séniors sont perçus comme peu productifs. Alors pourquoi passer à 62 ans ?

 

Signalons, comme ça, juste pour dire, que l’Etat avait refilé à Renault un prêt de 3 milliards d’euros conditionné à l’absence de licenciements.

 

Et puis, n’oublions pas ce qui se cache derrière.

Renault ne va pas embaucher, l’entreprise va transférer aux sous-traitants la rentabilité du travail et ce sont les salariés des petites entreprises qui vont trinquer en cas de coup dur, et là, bonjour la flexibilité, la précarité. Et s’il n’y a pas de boulot pour cause d’absence de commandes ce sera la débauche sans plan, à sec, sans vaseline.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche