Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 14:00
 

J’ai entendu parler, pour la première fois, du « problème » du financement des retraites au mitan des années 60 (50 ans, déjà !). C’était le début de l’automatisation.

A la même époque, un professeur d’économie d’une université catholique (sauf erreur, de Belgique) écrivait, dans le journal Le Monde, un article fortement argumenté pour montrer que c’était un faux problème.

Je résume de mémoire. Selon lui, il suffisait de changer l’assiette des cotisations retraites, ces dernières ne pouvant plus être liées à l’emploi mais au capital. En effet, les entreprises robotisées étaient de fait exonérées de contribuer au financement tandis que les autres continuaient à assurer cette charge. Situation d’autant plus injuste qu’elle pénalisait les entreprises employeuse de main d’œuvre tandis que les autres échappaient au pacte de solidarité nationale qui avait émergé au lendemain de la 2ième guerre mondiale. Justement, au lendemain de la guerre, le plein emploi est assuré, la robotisation n’existait pas. Il était donc normal de lier les cotisations à l’emploi. La situation changeant, il paraissait conséquent d’en tenir compte, ceci d’autant plus aisément que les entreprises robotisées, déchargées de main d’œuvre, dégageaient, de fait, plus de marges.

Une telle perception est-elle possible aujourd’hui ? Certainement. Au regard de ce qui est dit par ce prof, mais également parce que c’est davantage un problème de volonté politique qu’une véritable contrainte économique, l’économie, toute personne un tant soi peu sérieuse le sait, n’étant pas une science exacte mais une histoire de point de vue. Cela est possible car la France est largement plus riche qu’elle ne l’était il y a quelques décennies. Reste à savoir si ceux qui nous gouvernent souhaitent conduire, dans un souci de justice sociale et de répartition, une politique de partage de la richesse du pays ou seulement favoriser le capital. Question de choix qui peut être tranché par l’électeur.

Naturellement, cela suppose que soit assuré un régime général des retraites et non leur sectorisation.

        

Partager cet article

Repost 0
exergue.over-blog.com - dans retraite
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche