Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 06:03
C’est nécessité.
Et si ce n’est pas tout, du moins partie. Et si ce n’est pas partie, du moins créer une banque d’Etat, une banque publique afin qu’elle réponde aux besoins de l’économie et de la politique nationale et locale. Afin que de son existence, et de la concurrence proposée, elle contraigne les banques privées à un autre comportement. Sûr que si demain une telle banque est créée les français - vous, moi - du moins ceux qui n’ont pas des comptes en Suisse ou aux îles machin chose, ou autres lieux comparables, iront l’habiter.
La « crise », à laquelle nous n’avons pas encore échappé, montre qu’il convient de ne pas laisser au secteur privé le contrôle de la finance, sinon acceptons d’être contraints d’éponger les dettes (on dit aussi socialiser) tandis que les profits seront privatisés. Sinon acceptons que le secteur financier mondial joue contre les états ainsi que cela se passe pour la Grèce et l’Espagne.
Comme il est nécessité de remettre aux ordres la Banque centrale européenne qui dirige l’économie européenne sans pour autant qu’un élu la gouverne, sans qu’elle ait à rendre des comptes, en se tapant des Etats et des peuples comme de l’an 40.
Nous sommes en démocratie bancale.
Rocard, en son temps, tenait l’argument qu’il n’était point besoin de posséder 100% des parts d’une banque ou d’une entreprise, 51% suffisait car, disait-il, on y avait pouvoir de décision. C’était omettre de dire que cela est impossible car le privé n’y viendra pas s’il n’y trouve pas à faire de l’argent, si la gestion n’obéit pas à la recherche du profit.
Il nous faut une banque. Une banque d’Etat. Une banque nationalisée. Juste pour qu’elle permette aux acteurs économiques de fonctionner en dehors de toute spéculation.
La nationalisation de certains secteurs est vitale si nous souhaitons échapper aux vicissitudes et errances de la mondialisation au bénéfice des profiteurs. Enfin ! Il me semble.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

denis 29/03/2010 14:01


Je suis bien d'accord avec l'analyse globale.Je dirais concernant le tapage autour de la faillitte de la Grèce car elle a atteint 12% de son PIB ( produit interieur brut ) en dettemenet, les USA
sont à un taux d'endettement de 12,5% de leurs PIB les mets on sous tutelle pour autant ?


Pimpim 24/03/2010 21:22


Eh oui, le capitalisme qui se targue d'étre le symbole de la liberté, la liberté pour tous mais qui a la fin n'est que pour que quelques uns. On dit pourtant que la liberté n' a pas de prix, mais
on lui en a donné un: l'argent. Tout a un prix, tout est négociable.
Une banque publique est une bonne idée, mais elle n'interesse que les hommes qui survivent ou qui vivent normalement. Les dirigeants politiques s'en contrefouent.

On privatise la poste, la sncf, edf, le service public.. au nom d'une soi disant rentabilité économique (ce qui est faux) . On a oublié que l'économie sert l'homme et pas l'inverse. Que l'interet
collectif est superieur à l'interet privé.
On a d'ailleurs oublié que les entreprises publiques etaient avant toutes rentables et compétitives, et cela sans stock options, sans parachute doré, sans magouilles, sans détournements de fonds,
avec des citoyens et des fonctionnaires. On a oublié que ces entreprises etaient des precurseurs dans les nouvelles technologies, Ariane, Airbus, concorde, la medecine... ce que desormais elles ne
sont plus. Elles formaient un projet pour la france.
On individualise tout les hommes, les entreprises, les plats congelés...
Chacun se retire desormais dans son terrier. On sort dehors pour rentrer le plus vite chez soi, avec son petit panier de course en se disant cette semaine, si la voiture casse pas, on survivra mais
jusqu à quand?


Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche