Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 11:56
 

A l’occasion de la campagne électorale, j’entends parler de circuits courts.

En économie le circuit court invite à consommer local. Essentiellement des aliments, cela pourrait être également des produits manufacturés,…  

Il faut avouer qu’il n’est pas approprié de consommer des pommes de Chine alors que la France en produit, comme il n’est guère conséquent de manger en hiver des tomates, des fraises, produites sous serre en Espagne, au Maroc,… dans des conditions qui laissent à désirer (usage de pesticides, main d’œuvre exploitée)… tandis que l’on tirerait profit de légumes et fruits de saison de chez nous aux bienfaits qui ne sont pas à démontrer (c’est ainsi qu’on s’alimentait naguère).

Cela aurait l’avantage ici, mais également partout dans le monde, de maintenir ou de développer une agriculture qui ne serait plus assujettie aux circuits longs de la grande distribution, une agriculture qui donnerait du travail localement. Cela aurait aussi l’avantage de faire l’économie de dépenses énergétiques polluantes nécessaires au transport, comme cela permettrait d’éviter la spéculation du négoce mondial qui fixe le cours des produits et conduit à la ruine bien des pays incités à se désintéresser de cultures vivrières au profit supposé de certaines monocultures qui fragilisent leur économie et fait le bonheur des monopoles.     

Mais tout ne peut pas être commercialisé en circuit court, sauf à supposer que les habitants du Languedoc-Roussillon consomment la production de vin de leur région, que les producteurs du Nicaragua font de même avec le café, les uns et les autres ne se nourrissant que de cela. Etc,…. Pareillement, la consommation en circuit court nous priverait de manger des bananes, des oranges,…toutes choses que notre pays ne produit pas et dont on aurait tort de se priver en adoptant un point de vue sans nuance (ce qui est bien souvent le cas).

La possibilité, et le souhait, de produire et de consommer en circuit court ne peuvent signifier que des circuits longs utiles et régulés ne peuvent pas exister.

La consommation en circuit court suppose également que les produits sont proposés à des prix abordables à des personnes à revenu modeste car on ne peut vouloir que l’assiette du pauvre ne soit par pourvue de l’alimentation nécessaire. Il est donc là question de revenu.

Bien souvent en circuit court la production mise à disposition est de qualité mais provient d’un mode de culture plus onéreux. Le problème pour le consommateur est alors celui du choix de la qualité ou de la quantité. Lorsqu’on sait que dans de nombreuses familles la quantité n’est même pas au rendez-vous il est difficile de leur demander de pourvoir prioritairement à la qualité.

Produire en circuit court suppose aussi que les producteurs eux mêmes arrivent à satisfaire leurs propres besoins. Pas seulement ceux de manger et de s’habiller, mais aussi besoin celui de culture, d’éducation, de santé,… ce qui n’est pas toujours la règle d’après ce que j’ai entendu dire de la bouche même de producteurs vendant le fruit de leur travail en circuit court. Là encore il est question de revenu.

Produire en circuit court, en aucune manière, ne peut être un choix d’inclination romantique et/ou intégriste. Et c’est bien souvent ainsi que ce choix est présenté par les tenants du circuit court. Dommage !  

  

Partager cet article

Repost 0
exergue.over-blog.com - dans politique
commenter cet article

commentaires

consoloc 04/05/2010 17:17


Bonjour,
Nous venons de mettre en ligne le site www.consommer-local.fr dont le but est de permettre
à tous les acteurs des circuits courts de distribution de se faire connaître et ainsi d'aider le consommateur
a trouver dans la région de son choix, sur son lieu de travail ou à son domicile principale
ou secondaire les circuits courts, lui permettant de modifier ses habitudes de consommation.
Pourquoi ce site ?
Nous faisons le constat, que le consommateur prêt à un changement de mode de consommation, a du mal a savoir
comment changer certaines de ses habitudes .
N'oublions pas que depuis les années 1970, le consommateur a été surtout courtisé par la grande distribution
et avouons que cela a d'ailleurs bien fonctionné ...
De par la prise de conscience actuelle, liée aux enjeux de la planète, le consommateur a besoin d'être informé
sur les circuits courts de distribution à sa portée.
Selon que nous sommes un consommateur habitant le monde rural ou les centres urbains,
nous n'avons pas les mêmes possibilités de consommer local .
Il est plus difficile de se rendre chez un producteur en vente directe quand vous résidez dans les grandes villes !
C'est donc aux produits fermiers de venir à vos portes !
Les stés de livraisons de produits fermiers ont un rôle essentiel à jouer car c'est par eux que passera aussi
la campagne dans nos assiettes .
Les magasins de Producteur commencent à arriver près de nos grandes villes,
mais ils sont encore peu nombreux et beaucoup d'associations et collectivités font aujourd'hui
un travail formidable pour regrouper les producteurs et aider les réalisations de magasins de producteurs à voir le jour .
Les Amaps également sont devenues des acteurs importants dans la distribution des produits fermiers
en amenant les produits frais au seing des villes .
Notre activité à travers le site sera de parler de tous sujets et initiatives des circuits courts.


Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche