Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 06:03

        

Le grand écart.

Le 3/12/2009 le village de Capendu inaugurait le rond point du collège du nom de Georges Guille, éminent socialiste audois longtemps oublié par les siens.

Le 27/2/2010 Capendu recevait Georges Frêche à l’occasion de la campagne des régionales.

Les 2 hommes n’ont en commun que le prénom, pour le reste…tout les sépare.

Du premier on a pu dire qu’il incarnait le socialisme le plus pur, difficile d'en dire autant du second.

Le premier a quitté son appartenance partisane de son plein gré, en 1971, refusant de valider au Congrès d’Epinay François Mitterrand dont il doutait de l’adhésion profonde au socialisme (1), le second s’est fait exclure de son parti, à l’occasion loue Sarkozy.

Le premier refusait la social démocratie qu’il voyait émerger, le second s’accommode du libéralisme et l’accompagne.

Le premier avait un profond respect de l’être humain, le second (2)……

Le premier est considéré comme le bâtisseur du socialisme audois, le second….

A Capendu, d’où est issue la famille d’Armand Barbès, réputé farouche républicain, surnommé le « Bayard de la démocratie », «fléau de l’establishment » selon Marx, ami de Blanqui, insurrectionnel contre la Monarchie de Juillet, condamné à perpétuité et libéré par la révolution de 1848, quelque chose s’est passé le 27/2/2010 qui n’est plus tout à fait du socialisme.

A Capendu, seul le rond point G.Guille donne à tourner à gauche.

 

(1) Lire : « La gauche la plus bête » de G.Guille et, si on veut avoir une idée de ce qu’est un socialiste on lira aussi la biographie de G.Guille : « Le socialisme au cœur » de Jacques Fleury.

(2) On ira sur Internet visionner le comportement de G.Frêche et entendre ses propos.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche