Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 10:30

La horde politico-économico-médiacratique se déchaine. En fait : la caste. Contre qui ? Contre nous, les insoumis, prenant notre candidat comme tête de turc. Ce faisant, elle nous insulte. Mais, elle ne dit rien de ceux qui, à droite, pour des raisons diverses et autres que les nôtres, n’envisagent pas de voter Macron, s’abstiendront où iront à la pêche. Non ! elle ne dit rien.

La horde mord. L’écume aux lèvres. La rage au ventre. De nous voir si haut. Mais tenons le pari qu’en cas de victoire improbable du FN, elle se rangera derrière lui. C’est sa nature. Alors, nous, les insoumis nous serons là, individuellement et collectivement, pour lutter contre lui et par tous les moyens que nous nous proposerons, et cela jusqu’au bout. Nous ne collaborerons pas ! C’est notre nature. Chacun la sienne.

Ne cédons rien de notre liberté de conscience. Lisons dans ce déferlement de sottises fielleuses qui s’abattent sur nous, les insoumis, le signe de leur peur. OUI, nous leur faisons peur. Ils craignent notre liberté, ils craignent notre désir insatiable d’égalité, notre farouche volonté de fraternité. Ils craignent de nous voir arriver au pouvoir. C’est ce qu’il faut comprendre de leur peur. Rien d’autre.

Dans ce concert de fous furieux que nous offre la horde, il est des voix, trop peu nombreuses encore, qui s’élèvent pour nous saluer. Il était grand temps. Merci à elles.

Exergue

 *

 *

Natacha Polony : https://polony.tv/focus/se-renier-ou-etre-lynche

*

Axel Kahn : http://exergue.over-blog.com/2017/04/2eme-tour-des-presidentielles-alors-mesdames-et-messieurs-de-la-decence-s-il-vous-plait.moi-meme-et-l-enorme-majorite-des-electeurs

 *

Gérard Miller : https://www.gerardmiller.fr/, dont voici l’édito :

 Les électeurs de Mélenchon n’ont pas de leçons d’antifascisme à recevoir !

Electeur non repenti de Jean-Luc Mélenchon, je sais à quelles admonestations je dois m’attendre si je ne montre pas immédiatement patte blanche en commençant cette tribune. Aussi j’annonce d’emblée que le 7 mai je voterai contre Marine Le Pen en glissant un bulletin Emmanuel Macron dans l’urne. Cela étant, maintenant que j’ai exorcisé de mon corps tout soupçon de compromission avec l’infâme, j’aimerais en dire un peu plus.

Tout d’abord, je l’avoue, le futur électeur d’Emmanuel Macron que je suis depuis dimanche dernier a déjà du mal à supporter nombre de ses nouveaux amis. Parce que Mélenchon ne s’est pas illico mis en rang, comme eux et moi, derrière notre nouveau Goliath, voilà ces tartuffes qui claironnent que le leader des insoumis serait un quasi suppôt du fascisme. Je ne veux pas accabler mes nouveaux amis, mais si l’indécence était une déesse, ils seraient ses prêtres !

Que Macron soit aujourd’hui un rempart provisoire — très provisoire, hélas — contre le Front National, je peux l’admettre puisque je vais voter pour lui, mais à condition qu’on soit un peu lucide : en matière de lutte contre l’extrême-droite, rien, à commencer par son programme et son passé qui détonnent avec ceux de Mélenchon, rien ne plaide en faveur de l’ancien ministre de l’Economie. « Quand Mélenchon était sénateur, j’étais encore au collège« , a-t-il ironisé récemment. La pique est amusante, mais ne donne pas l’absolution : car toutes ces dernières années, qu’a fait de sa vie d’homme l’ex-petit collégien, alors même que Mélenchon ne cessait de combattre l’extrême-droite, y compris dans le Nord, à Hénin-Beaumont, sur des terres que tout le monde considérait comme acquises à Marine Le Pen ? Il était banquier, on le surnommait le « Mozart de la finance «il entrait direct à l’Elysée puis devenait ministre de l’Economie du plus impopulaire quinquennat de la Cinquième République. En matière de lutte contre le fascisme, convenons qu’il n’y a pas de quoi concurrencer Jean Moulin.

 Et pour être plus sérieux, si avec Marine Le Pen au second tour, il y a en effet le pire qu’il faut conjurer, avec Emmanuel Macron, on a certes un impeccable républicain, dont personne ne doute qu’il abomine l’extrême-droite, mais qui n’en est pas moins responsable, comme François Hollande ou Nicolas Sarkozy avant lui, de la montée en puissance de ce pire. Car s’il y a des causes autres que politiques ou économiques pour expliquer son succès, le Front National est d’abord le produit d’une société qui bafoue, exploite, humilie des millions de gens, une société qui génère la misère et la peur, une société avec laquelle Mélenchon, justement, se proposait de rompre et dont Macron, au contraire, ne va pas changer la logique, juste la moderniser. Alors oui, je continue de penser que le programme de la France insoumise était l’antidote le plus efficace contre le Front national et que Mélenchon n’a à recevoir de leçons d’antifascisme de personne. L’extrême-droite, il ne suffit pas de lui faire barrage 15 jours le temps d’une élection, il faut la combattre au quotidien et l’empêcher de monter !

Je vais voter pour Emmanuel Macron, mais je ne suis pas pour autant amnésique, et c’est pourquoi je trouve indignes les attaques que subit la France insoumise, alors même que c’est elle qui a été la plus efficace contre le Front National. Ce n’est pas un parti, elle ne veut pas donner de consignes (et d’ailleurs, dans les partis, qui suit actuellement les consignes qu’on donne ?), elle souhaite que ceux qui ont soutenu son candidat prennent la parole — est-ce vraiment suffisant pour imaginer je ne sais quelle compromission avec l’extrême-droite ? C’est vrai, ce n’est plus le « front républicain » si parfait de 2002 — mais nous sommes justement 15 ans plus tard. Pour faire reculer le Front national, les dirigeants de droite ont eu 10 ans, ceux de gauche 5, il est peut-être temps de conclure qu’en gérant comme si de rien n’était cette société injuste et déraisonnable ils en ont été plus qu’incapables. Et ce sont eux qui dénoncent aujourd’hui Mélenchon et sermonnent ses électeurs ! Mais qui sont-ils ces donneurs d’ordre sinon des naufrageurs qui nous demandent maintenant de venir les aider à ramasser les débris d’une société qu’ils ont consciencieusement démolie ?

Alors, il faut s’en accommoder : la France insoumise a une autre façon de faire de la politique et c’est aussi ça qui a convaincu sept millions de Français. D’ailleurs, regardez les résultats : si Marine Le Pen n’a pas obtenu le score bien plus élevé qu’annonçaient les sondages, c’est parce que Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête dans la plupart des grandes villes (Marseille, Lille, Toulouse, Montpellier…), réalisant des scores particulièrement élevés dans les quartiers populaires et recueillant près de 30% de voix chez les 18-24 ans. Mélenchon « a sans doute contribué à contenir la poussée de Marine Le Pen« , pouvait-on lire dans Le Monde du 26 avril — et comment !

Alors, semblables à ceux qui mettent sur leur boite aux lettres un petit autocollant indiquant « Pas de pub, merci !« , les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, dont des millions, comme moi, voteront à contre-coeur pour Emmanuel Macron, ont envie de dire à leurs moralisateurs : « Pas de leçons d’antifascisme, merci ! »

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Il reve 28/04/2017 16:44

Bellle leçon de démocratie réelle. Belle démarche de construction d'une proposition de vote majoritaire. La demarche autant sans doute que less objectifs derangent les responsables politiques de tout poil qui ne se souviennent plus de 2002.

carol 28/04/2017 11:58

sans oublier l'inénarrable Apathie qui se vante de voter blanc à toutes les élections depuis les années 80 pour de fallacieuses raisons journalistiques (qui le privent de conscience citoyenne?) et qui hurle à qui veut bien l'entendre son effroi devant ces irresponsables insoumis qui ne voteront pas Macron

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche