Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 20:38

Extrait :

« Cet épisode aura au moins permis de mesurer la nature de la grande peur qui saisit les partisans de la continuité libérale lorsque celle-ci est menacée …. »

*

*

 

Source : http://www.regards.fr/web/article/melenchon-peril-rouge-en-la-demeure

 *

La hausse des intentions de vote en faveur du candidat de la France insoumise a suscité une vague de discours annonçant l’apocalypse bolchevique. Ils expriment surtout la panique de ceux craignent tout réel bouleversement politique.

  •  

La médiatisation d’une campagne présidentielle étant largement déterminée par l’évolution des "cotes" des candidats telles que définies par la vérité sondagière du moment, elle implique que toute tendance vers le haut pour l’un d’eux l’expose soudainement à un feu nourri – un peu comme au stand de tir quand le lapin dépasse. Cette modalité nuit évidemment à la construction d’un débat de fond sur leurs propositions, débat susceptible d’alimenter une réflexion rationnelle des électeurs, mais elle a le mérite de mettre en exergue ce qui motive le peloton.

"Maximilien Ilitch Mélenchon"

Dans le cas de Jean-Luc Mélenchon, que les enquêtes placent désormais en position de troisième homme – et de véritable "vote utile" pour la gauche –, et dont les vertus d’homme politique semblent tout à coup frapper les esprits, on ne s’étonne pas que le chiffon rouge soit agité. Avec plus ou moins de véhémence et de ridicule. La palme revient en la matière au Figaro qui, dans son édition de mercredi 12 avril, a retrouvé des accents de mai 1981. L’éditorial involontairement comique de Paul-Henri du Limbert s’intitule ainsi "Maximilien Ilitch Mélenchon", et convoque les figures de Lénine, Trotski, Robespierre, Castro, Chavez et même Georges Marchais pour effrayer le bourgeois (le bourgeois est impressionnable). Il consiste à essentialiser le candidat de la France insoumise, « apôtre des dictateurs révolutionnaires », comme ataviquement bolchevique, le couteau forcément entre les dents.

Le dossier tout entier empile les menaces : « big bang social » pour raviver la vieille peur révolutionnaire, « explosion des impôts, des dépenses publiques et de la dette » pour exciter la raison boutiquière, « confiscation de tous les revenus supérieurs à 400.000 euros annuels » et « coup de massue fiscal sans précédent » pour consterner la clientèle. Le « délirant projet du Chavez français » porterait un « coup fatal à l’économie nationale » selon le quotidien, qui ne mesure pas le coût fatal des politiques économiques actuelles pour une majorité de la population. En revanche, il invoque la Pythie boursière : « Les marchés financiers s’en inquiètent et les taux d’intérêt sur la dette française ont commencé à se tendre ». Pire, sur l’immigration, JLM prônerait « des mesures à la gauche de la gauche » : droit du sol intégral et refus des quotas. Voilà qui donne une idée de l’extrême droitisation des repères.

"Cataclysme" économique

Si c’est l’angle de "l’utopisme" de son programme qui avait été servi contre Benoît Hamon par le Parti pragmatique, on monte d’un cran pour son rival à gauche. « Les banquiers prédisent un cataclysme », titre Le Parisien. Les banquiers ont pourtant plus fait la démonstration de leur capacité à déclencher des cataclysmes que de leur capacité à les prévoir. Pour cerner la menace, l’article recueille l’expertise de membres de sociétés de gestion d’actifs. « Les investisseurs commencent à intégrer le "risque Mélenchon" », avertit pour sa part le quotidien de Bernard Arnault, Les Échos.

Dans Le Monde, si Yves Bordenave moque ceux qui brandissent l’épouvantail rouge, la correspondante auprès de l’U, probablement atteinte du syndrome de Bruxelles, y va d’un article dont le titre résume l’intention : "Le Pen, Mélenchon : un même danger pour l’Europe". L’amalgame avec le FN présente l’avantage d’être plus contemporain que la référence aux chars soviétiques. « Ces programmes n’ont rien de libérateurs : ils sont trompeurs et dangereux », affirme la journaliste. Son texte mériterait à lui seul un commentaire composé, tant il illustre une défense doctrinaire de l’Union européenne, dont JLM menace le si vertueux pacte de stabilité [1]. « L’UE dans sa configuration actuelle ne se remettrait pas » d’un Frexit, se désole-t-elle sans comprendre que l’UE est d’abord victime d’elle-même [2].

Surtout pas de "révolution"

Les autres candidats sont aussi de la partie. François Fillon retrouve un certain sens de la formule, estimant qu’avec son « programme communiste », Mélenchon « se rêve en capitaine du cuirassé Potemkine, mais négociera la ferraille du Titanic ». Macron, dont l’imagination n’est pas le fort, le rejoint en fustigeant le « révolutionnaire communiste » (l’épithète est probablement là pour ne pas discréditer la "révolution" dont l’ancien ministre des Finances a fait le titre de son livre). François Hollande lui-même sort de sa réserve pour agiter le « péril » – dont la couleur n’est pas précisée, et regretter la « mode » Mélenchon. Sur ce point, l’intéressé semble pourtant en accord avec lui, dans sa dernière note de blog : « Me voici à la mode dans certains salons. Et cela me vaut, ou bien des compliments parfois excessifs, ou bien des imprécations sidérées et furieuses ».

Une inversion de la courbe dans les jours qui viennent mettrait un terme à cette séquence, peut-être comme un effet des imprécations lancées sur le candidat. Mais comme elle survient très près du scrutin, à un moment où le candidat du consensus Emmanuel Macron semble faiblir, la panique est palpable et le tir de barrage nourri. Cet épisode aura au moins permis de mesurer la nature de la grande peur qui saisit les partisans de la continuité libérale lorsque celle-ci est menacée : pas celle du rouge, plutôt celle d’un changement radical de la vie politique, dont l’aspiration ne pourra être ignorée beaucoup plus longtemps.

 *

Notes

[1] Sans savoir gré à l’Allemagne, l’ingrat, d’avoir abandonné le mark pour l’euro (en assurant que ce soit à son profit, mais on ne va pas s’arrêter à si peu).

[2] « Ne se serait-il pas plus sage de continuer à réformer l’UE ? », s’interroge notre candide, qui estime même que « Jean-Claude Juncker déroule un agenda quasiment social-démocrate » (rires). Là encore, la perte des repères politiques des partisans de l’UE actuelle laisse songeur – au moins autant que leur déni du désastre politique et économique dans lequel elle s’est précipitée toute seule.

 

**

 **

Compléments :

Ceci : http://www.bfmtv.com/politique/sondage-macron-le-pen-melenchon-et-fillon-dans-un-mouchoir-de-poche-1142646.html
explique cela : http://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/en-images-peril-desolation-ruine-jean-luc-melenchon-cible-de-toutes-les-attaques_2144422.html
Ce qui permet en même temps d’avoir la liste des coquins.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche