Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 14:53

Crétins ? Chiens de garde ? pour les uns.  Ploutocrates (1) fielleux ? pour les autres. On ne sait plus quoi penser. Pour se faire une idée de l’Alliance bolivarienne le plus simple est d’aller visiter Wikipédia qui ne participe pas aux élections, ou de lire P. Boniface, géopolitologue et directeur de l’IRIS, peu suspect dé mélenchonisme, qui déclare : « C’est un avenir plus cohérent pour nos compatriotes de ces territoires que de subir le mépris de la Commission européenne pour les régions dites ‘ultra-périphériques’ ou que le marché unique avec l’Estonie ! ».

Si on est un peu plus curieux, si on n’entend pas se faire avoir, on lira les articles ci-dessous, le premier de D. Kuzmanovic (Conseiller du candidat de La France insoumise sur les questions internationales), l’autre de O. Tonneau (enseignant à l’université de Cambridge).

Dernière minute: Vivement conseillé pour désintoxication l'article du Yéti dont voici le lien: http://yetiblog.org/index.php?post/2377

 

 

 

  1. Ploutocrate : oligarque, membre de la caste,…

Exergue

 **

**

Poutine, Otan, Alliance bolivarienne : le porte-parole de Mélenchon, D. Kuzmanovic, répond aux critiques

 *

Source :  http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170413.OBS8005/poutine-otan-alliance-bolivarienne-le-porte-parole-de-melenchon-repond.html?xtref=https%3A%2F%2Ft.co%2FygoSKogOWW#https://t.co/ygoSKogOWW

 *

Djordje Kuzmanovic : Conseiller du candidat de La France insoumise sur les questions internationales, Djordje Kuzmanovic détaille la politique étrangère défendue par Jean-Luc Mélenchon.

 *

Situation impensable il y a encore un mois, Jean-Luc Mélenchon semble, à une semaine du scrutin, aux portes du second tour. Relativement épargné par ses adversaires jusqu'à cette semaine, il subit désormais, à la mesure de sa position dans les intentions de vote, un tir nourri sur le contenu de son programme, notamment international. Jeudi, sa porte-parole Clémentine Autain a semé le trouble en découvrant en direct le projet d'adhésion de la France à l'Alliance bolivarienne (ou Alba), un partenariat économique regroupant 11 pays d'Amérique latine, dont Cuba et le Venezuela.

Ex-officier de l'armée française passé par le secteur humanitaire, Djordje Kuzmanovic, directeur de recherche en géopolitique, est secrétaire national du Parti de gauche depuis 2015. Désigné porte-parole de la campagne de Jean-Luc Mélenchon sur les questions internationales et de défense, il a été investi candidat de La France Insoumise aux législatives dans le Pas-de-Calais. Il répond à "l'Obs" sur la vision du monde de son candidat.

Jean-Luc Mélenchon élu, la France sort de l'OTAN. A quelle échéance ?

Nous le voyons comme un processus long, qui sera initié dès le début du quinquennat pour s'achever à l'horizon 2022. Dès le 25 mai à Bruxelles, lors du sommet des dirigeants des pays-membres, Jean-Luc Mélenchon annoncera la sortie du commandement intégré de l'OTAN, et la fin de la participation de la France au bouclier antimissile - c'est une faute grave de la part de François Hollande de l'avoir signée en 2012. Militairement, l'OTAN se justifiait quand le pacte de Varsovie était en vigueur. Mais aujourd'hui ? Qui est l'ennemi ?

Lorsque j'ai rencontré Jean-Luc Mélenchon en 2009, il était déjà sur une ligne d'indépendance de la France, d'inspiration mitterrando-gaulliste. La souveraineté, qu'est-ce que c'est ? C'est le fait que la France décide en propre de sa géopolitique. J'ai participé aux opérations extérieures en Afghanistan en 2006. Qu'y faisait la France ? Quel était son intérêt ? Certainement pas économique, et certainement pas la guerre contre le terrorisme. C'était un suivisme pur et simple de l'OTAN. Nos soldats y sont morts, on se demande encore pourquoi.

Pour autant, vous êtes très sévère avec le projet d'Europe de la défense, qui pourrait se substituer à l'OTAN.

Car le projet actuel en est le parfait prolongement. Jean-Luc Mélenchon est eurodéputé, nous avons accès à tous les textes sur l'Europe de la Défense. Aucun n'imagine une défense européenne en-dehors de l'OTAN. Tous les textes l'intègrent.

Vous prévoyez aussi de sortir du FMI et de l'OMC.

Ces deux institutions détruisent la coopération internationale. L'OMC en organisant le libre échange, le FMI en accordant des prêts contre des politiques d'ajustement structurel qui ruinent les économies des pays en développement. Ce n'est pas pour rien que la Malaisie a interdit les emprunts au FMI dans sa constitution... Notre objectif est de bâtir un projet alternatif de Banque mondiale de développement.

Qu'en est-il de l'adhésion de la France à l'Alliance bolivarienne, le fameux point 62 du programme de Jean-Luc Mélenchon qui suscite tant de remous depuis deux jours ?

Clémentine Autain a été piégée, puisque ce n'est pas elle qui suit les questions internationales. Pour rappel, la France fait partie intégrante du continent américain, via la Guyane et les Antilles. Il est donc naturel de rechercher des partenariats économiques avec nos voisins sud-américains. L'Alliance bolivarienne pour les Amériques a été fondée pour résister à la doctrine Monroe, à la domination des Etats-Unis sur l'Amérique latine, et sur une certaine vision du partage des richesses.

Sur le fait que l'Iran ou la Russie soient observateurs, je ne vois pas le rapport. Il ne s'agit pas d'une alliance militaire. Nous ne voulons faire partie d'aucune alliance militaire pérenne. La France ne rejoindra pas un "axe". Culturellement, commercialement, les Etats-Unis sont un partenaire important de la France. Et nous ne soutenons pas Poutine, et encore moins une république islamique !

Comment expliquez-vous alors que Jean-Luc Mélenchon soit vu comme un candidat pro-Poutine ?

C'est la propagande habituelle... Nous prônons aussi un rapprochement méditerranéen, et personne ne nous accuse de soutenir les régimes de Bouteflika ou Mohamed VI ! Sur Poutine, nous faisons une distinction nette entre sa politique intérieure et sa politique extérieure. C'est un nationaliste russe et un libéral. Vous ne trouverez jamais chez nous un soutien à son parti Russie unie, à sa vision de la redistribution des richesses. Pour avoir vécu en Russie, je sais que le code du travail est un paradis pour le Medef local. On a assisté ces vingt dernières années à une destruction de l'Education, quasiment privatisée, et de l'hôpital public - se faire soigner en dehors de Moscou et de Saint-Pétersbourg est très difficile.

Nous cultivons plutôt des contacts avec le Front de gauche russe - qui n'est pas le Parti communiste - et à son leader Sergueï Oudaltsov, aujourd'hui en prison et dont les médias ne parlent jamais, préférant mettre en avant les atlantistes comme Alexeï Navalny.

Reste qu'en Syrie, vous avez soutenu contre vents et marées la position russe face à la position américaine.

Nous sommes toujours pour les solutions négociées et les Etats-Unis viennent de mettre par terre les efforts des négociations de Genève. L'ONU reste la seule instance internationale légitime pour le règlement des conflits. Nous nous fondons sur l'expérience de l'Afghanistan, de l'Irak, de la Libye : bombarder le pouvoir en place n'apporte rien, sinon plus de chaos. Aujourd'hui, nous n'avons pas besoin que Daech soit renforcé par les baasistes du gouvernement syrien - parce que c'est ça la conséquence. La force de Daech est directement liée à la destruction du pouvoir irakien. Ce qui ne change pas, c'est que Bachar, comme d'autres dictateurs, doit être traîné devant la Cour pénale internationale. Mais ça ne passera pas par des solutions simplistes à la Bernard-Henri Lévy.

On nous accuse de soutenir Bachar. C'est la paille et la poutre. Nous nous étonnons de ce regain de morale qui s'empare de nos adversaires, alors que la Françafrique continue, et pas de la façon la plus jolie qui soit. François Hollande a soutenu la réélection de Bongo, le référendum de Sassou-Nguesso, la tentative de Compaoré de se maintenir. Au Yémen, l'Arabie saoudite achète des avions français pour larguer des missiles français et tuer une population à plus grande échelle encore qu'en Syrie. Le crime contre l'humanité y est quotidien. Il suffirait de trois jours d'images de ce qui se passe là-bas dans les médias pour créer une prise de conscience.

Les droits de l'homme, c'est partout ou nulle part. Alors il faut le faire partout. Cesser les politiques néocoloniales, les interventions absurdes. Or on favorise l'émergence de drames humanitaires pour créer des situations telles qu'on ne peut qu'intervenir. Le Front de gauche a été critiqué pour avoir soutenu l'intervention en Centrafrique. Mais l'opération au Mali, ce n'est pas sérieux. On n'a pas du tout considéré les revendications des acteurs locaux.

Le débat s'est enflammé lorsque Jean-Luc Mélenchon a proposé, durant le premier débat télévisé, d'organiser une conférence "de l'Atlantique à l'Oural" sur les frontières... Comment se passerait concrètement cette conférence ?

Comme toutes les conférences internationales : c'est difficile, c'est tendu, mais on se parle. Et surtout on pose le problème des frontières en Europe, aujourd'hui sous-estimé, sans préjuger de qui a raison et qui a tort. On l'a vu il y a dix jours avec le problème de Gibraltar. Bientôt, l'Irlande du Nord, l'Ecosse, la Flandre seront d'autres dossiers sur la table.

Les plus gros problèmes sont bien sûr en Europe de l'Est. Depuis deux ans, l'Ukraine est en guerre. La Macédoine pose un souci de sécurité important, jamais abordé par les médias généralistes. La Hongrie, la Bulgarie ont des revendications territoriales. Les différentes puissances, et spécialement les Etats-Unis et Poutine, utilisent des bouts de pays pour servir leurs intérêts. Rien n'a été pensé après l'indépendance de la Bosnie et du Kosovo. La situation rappelle tragiquement les Balkans des années 1910-1911, avec les mêmes protagonistes - Serbie, Grèce, Albanie... Un chaos abominable menace.

Propos recueillis par Rémy Dodet et Timothée Vilars

**

 **

 **

L’Affaire Bolivar ou Le Triomphe de la Révolution Citoyenne (Acte III), par O. Tonneau

*

Source : https://blogs.mediapart.fr/olivier-tonneau/blog/150417/l-affaire-bolivar-ou-le-triomphe-de-la-revolution-citoyenne-acte-iii?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-67

*

La cabale orchestrée contre Jean-Luc Mélenchon à propos de l'Alliance bolivarienne pourrait bien être décisive pour l'élection présidentielle. Mais qui en sortira discrédité? Celui qu'elle vise ou ceux qui l'ont lancée?

*

Dans toute bonne tragédie, le nœud de l’intrigue se noue au troisième acte. C’est également vrai de cette campagne extraordinaire qui pourrait s’intituler Le Triomphe de la Révolution Citoyenne et dont le troisième acte est la cabale qui mobilise tous les médias depuis trois jours. Vous ne pouvez pas ne pas avoir appris l’incroyable révélation : si Mélenchon était élu, il ferait alliance avec le Venezuela, Cuba, la Syrie, l’Iran et la Russie contre l’Europe et les Etats-Unis. Je devine l’effroi qui vous a saisi ! J’ose pourtant espérer qu’à l’heure où vous lisez ces lignes, vous savez déjà que l’information est totalement erronée. A tout hasard, rectifions les faits :

- Mélenchon ne veut pas sortir de l’Union Européenne mais renégocier les traités qui en organisent l’économie.

- S’il veut sortir de l’OTAN, ce n’est pas pour entrer dans une alliance concurrente mais pour adopter une position non-alignée (son conseiller en relations internationales s’en est expliqué dans L’Obs).

- Les positions de Mélenchon sur l’UE et l’OTAN n’ont strictement aucun rapport avec l’Alliance bolivarienne (ALBA), qui n’est qu’un ensemble de coopération économique entre pays d’Amérique Latine. La France est déjà engagée avec l’ALBA à hauteur de 1.3 millions d’euros selon les chiffres officiels du Trésor ; Mélenchon propose donc d’approfondir une relation qui existe déjà, dans le cadre d’un développement général des partenariats internationaux de la France. Pour en savoir plus, il suffit de se reporter au livret thématique de la France Insoumise consacré aux alliances de la France.

En somme, une tempête dans un verre d’eau. L’Affaire Bolivar pourrait pourtant déterminer le résultat de l’élection. Les éditorialistes ont-ils réussi leur coup et Mélenchon va-t-il s’effondrer ? La grossièreté de leur manœuvre va-t-elle au contraire les discréditer et immuniser Mélenchon contre les attaques qui ne manqueront pas de suivre ? J’ai grand espoir que la deuxième possibilité se réalise et c’est pourquoi je vous propose de revenir sur la fabrication de la cabale.

Tout commence avec une passe d’arme entre Patrick Cohen et Alexis Corbière dans l’émission C à vous. La France Insoumise, accuse Cohen, veut sortir de l’OTAN pour entrer dans l’Alliance bolivarienne. Le second rétorque que les deux mesures n’ont aucun rapport puisque l’Alliance bolivarienne n’est pas une alliance militaire mais un espace de coopération économique. Cohen s’énerve, agite ses notes et ne trouve rien à répondre. La deuxième étape est le piège tendu par RTL à Clémentine Autain. On lui passe un extrait de C à vous amputé de la réponse de Corbière pour qu’elle réponde à son tour : mais pourquoi Mélenchon voudrait-il quitter l’OTAN pour entrer dans l’Alliance bolivarienne ? Clémentine Autain n’en sait rien et perd momentanément ses moyens. Les journalistes de RTL, qui ont entendu Corbière, connaissent bien sûr la réponse à leur question mais ils se gardent bien de la communiquer à leurs auditeurs. Le moteur est en marche et les courroies de transmission vont tourner à plein régime.

Le Huffington Post commence par effacer Clémentine Autain du tableau et titre que l'Alliance bolivarienne « met mal à l’aise les porte-paroles de Jean-Luc Mélenchon ». Le Parisien, le JDD, le Figaro, Libé, tout le monde relaie l’incroyable nouvelle : Jean-Luc Mélenchon projette de renverser le système des alliances de la France et de l’enrôler dans l’empire du mal. Libération écrit que l’Alliance bolivarienne « compte trois pays observateurs : Haïti, l’Iran et la Syrie. Pas franchement démocratiques… En 2009, la Russie avait aussi été invitée au sommet de l’Alba au titre d’observateur. » L’auteur conclut sur un exposé de la géopolitique de Mélenchon :

« En rejoignant l’Alliance bolivarienne, il met ainsi en avant son antiatlantisme. L’année dernière déjà, il affirmait vouloir sortir des traités européens pour entrer «dans les coalitions des pays des Caraïbes et d’Amérique latine». «La plus longue frontière commune de la France est avec le Brésil et non avec l’Allemagne», justifie souvent Mélenchon en faisant référence à la Guyane. »

Tout est encore une fois dans la conjonction : sortir des traités européens pour entrer dans les « coalitions » de l’ennemi. L’auteur sait-il que c’est faux ? Il se couvre en renvoyant vers un article de L’Express daté de Décembre dernier. Mais dans cet article, point de conjonction :« Celui qui propose de sortir des traités européens a formulé le voeu que la France entre "dans les coalitions des pays des Caraïbes et d'Amérique latine" citant "Alba et Mercosur". Le journaliste de L’Express concluait que Mélenchon n’était pas si souverainiste qu’on voulait bien le dire. Mais Libération tire de toutes autres conséquences par la voix de son rédacteur en chef Laurent Joffrin qui publie une chronique hallucinante intitulée « Mélenchon le Libertador » où l’on peut lire :

« Jean-Luc Mélenchon prévoit dans le point 62 de son programme de faire adhérer la République française à l’Alliance bolivarienne des Amériques, obscure coalition montée en 2005 par le Venezuela, Cuba et une poignée d’autres îles des Caraïbes, avec le soutien de la Russie et de l’Iran, pour faire pièce aux menées de l’impérialisme yankee. »

Plus aucune mention n’est faite des origines de la rumeur. Les lecteurs de Libé qui ne regardent pas la télévision pourraient presque juger par la référence précise au point 62 du programme que Joffrin leur apprend quelque chose. On imagine l’effroi que leur inspire le paragraphe qui suit :

« Notre Libertador à nous envisage de quitter ces deux organisations marginales et obsolètes que sont l’Otan et l’Union européenne, qui sont décidément peu de choses à côté de cette Alliance bolivarienne vouée à un avenir radieux. La France échappera ainsi à l’oppression américaine pour nouer des liens étroits avec ces démocraties impeccables que sont la Russie et l’Iran. Elle sortira surtout d’un tête-à-tête stérile avec l’Allemagne dominatrice pour se concentrer sur ses relations nouvelles et prometteuses avec les îles Saint-Kitts et Nevis. »

Parti d’un si bon pied, Joffrin enchaîne avec une réitération des accusations de poutinisme cent fois portées contre Mélenchon, cent fois réfutées par ce dernier (pour les curieux, je suis moi-même revenu sur le sujet ici). Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ! Emmanuel Macron a d’ailleurs déjà tiré les marrons du feu. Que Macron enfourche à son tour le cheval de l’anti-chavisme est d’autant plus ridicule que, comme le révèle Mediapart, son propre bras droit Ismaël Emelien a pris part à l’élection du successeur de Chavez, Nicolas Maduro. Mais c’est sans importance : l’information ne sera reprise que par 20 Minutes et par un journal belge.

Dans cette cabale parfaitement orchestrée, peu de voix feront dissensus. Divine surprise : c’est BFMTV qui se donne la peine de produire un article documenté sur l’Alliance bolivarienne. La sinistre confrérie des ennemis de la démocratie apparaît tout-à-coup bien inoffensive. On y apprend qu’elle « a été créée pour contre-balancer la "Zone de libre-échange des Amériques" », ce qui paraîtra tout-à-fait raisonnable à quiconque s’est intéressé aux effets désastreux de l’ALENA. On découvre qu’elle « s’occupe de nombreux sujets (du commerce équitable à l'écologie, en passant par le tourisme, l'alimentation, l'éducation, jusqu'à la "préservation des cultures autochtones"), emploie même sa propre monnaie virtuelle pour renforcer les échanges entre les pays-membres tout en se passant du dollar: le "SUCRE". » BFMTV va même jusqu’à faire le travail élémentaire du journaliste : contacter les intéressés. Christophe Ventura, chercheur spécialiste de la géopolitique de l'Amérique latine et membre de la France Insoumise peut ainsi revenir sur la place de l’Iran, la Syrie et la Russie dans l’ALBA :

« Pour dissiper tout malentendu : ces pays dits ‘observateurs’ sont en réalité des pays qui ont envoyé des représentants à des sommets pléniers de l’ALBA, mais en aucun cas, ces pays ne siègent ou n'ont de représentation organique dans les instances de l’ALBA ».

Pour achever de dissiper la rumeur qui voudrait que Mélenchon ait des affinités secrètes avec l’axe du mal, on pourrait encore citer le livre de Marion Lagardère, Il Est Comment, En Vrai, Mélenchon ? Selon l’auteur, Mélenchon déplore que « pour donner des visages à l’anti-impérialisme, Chavez [se soit] beaucoup appuyé sur son statut de membre de l’OPEP, l’Organisation des pays producteurs de pétrole. Il s’est plu à poser avec toute une brochette d’infréquentables, à commencer par le Syrien Bachar el-Assad et le Lybien Mouammar Kadhafi, mais surtout l’Iranien Ahmadinejad. Et ça, ça passe vraiment très mal. » Citation de l’intéressé :« Je sais pourquoi Chavez a fait ça, ils sont tous les deux exportateurs de pétrole, mais bon... il s'est piégé. Il n'aurait pas dû faire ça. »[i]Evidemment une telle citation n’apparaîtra jamais dans des journaux qui n’ont guère intérêt à montrer qui est Mélenchon, en vrai. Mais BFMTV continue son travail et va même chercher un spécialiste indépendant, Pascal Boniface, qui ne semble rien voir d’étrange au point 62 de L’Avenir en commun :

« C’est un avenir plus cohérent pour nos compatriotes de ces territoires que de subir le mépris de la Commission européenne pour les régions dites ‘ultra-périphériques’ ou que le marché unique avec l’Estonie ! »

Construire un avenir cohérent pour les territoires d’outre-mer ? S’il faut commencer pour cela par critiquer la Commission européenne, c’est sans doute trop demander à Patrick Cohen, Jean-Michel Apathie, Laurent Joffrin et toute la clique des menteurs et manipulateurs qui ont monté de toute pièce la cabale. Les mots ne sont pas trop forts. Les faits sont là : depuis le début de l’affaire, tous avaient entendu la réponse d’Alexis Corbière et tous savaient qu’ils mentaient. Toute la question est de savoir si la manœuvre a réussi. L’affaire ALBA va donc être l’occasion de mesurer l’état du rapport de force entre la France Insoumise et les médias et de voir si la stratégie élaborée par Mélenchon et son équipe depuis des années a porté ses fruits. En tous les cas, cette affaire démontre que cette stratégie, qui a choqué tant de bons esprits, était absolument indispensable.

Dès avant 2012, Mélenchon affirmait que les médias étaient « la deuxième peau du système ». Pour fracturer le mur de l’idéologie néolibérale dont l’atlantisme et l’européisme béat sont deux aspects parmi d’autres, il fallait d’abord s’inscrire dans la logique du système, c’est-à-dire celle du profit, et faire du buzz : ainsi fut forgé le personnage haut en couleur incarnant « le bruit et la fureur ». Mais une fois entré dans le système, il fallait encore ne pas s’y laisser réduire à une caricature. Les médias n’étant « pas un miroir mais une arène », il fallait débusquer les journalistes de leur position de prétendue neutralité. Les formats médiatiques étant impropres à la discussion de fond, il ne fallait cependant pas trop en attendre : on ne pouvait qu’y lancer des « mots obus » qui ouvriraient des failles dans les certitudes des auditeurs. Il importait enfin d’ouvrir à ces auditeurs d’autres espaces de réflexion. C’est ce qui fut préparé dès 2013 avec la lancée des blogs « 6e République » et patiemment consolidé grâce notamment à la chaîne youtube. Ceci fait, on ne pouvait qu’attendre et voir s’il se trouverait des gens pour s’emparer des informations données et les transmettre par le moyen de communication qui sera toujours le plus efficace : le téléphone arabe.

Tous les outils de communication de la France Insoumise tournent aujourd’hui à plein régime. Le système médiatique est, pour sa part, fragilisé de l’intérieur. Les journalistes ne sont pas des veaux et l’on compte beaucoup d’insoumis parmi eux, prêts à placer quand ils le peuvent des contre-feux. Il est étonnant – et navrant – de constater qu’ils y ont plus de facilité dans les médias privés que dans le service public, comme en atteste l’excellent article de BFMTV cité plus haut mais encore deux articles de LCI. Le premier revient sur l’intox Evo Moralès et le second, auquel j’eus le plaisir de contribuer, sur le lien Mélenchon-Chavez. C’est à croire que le pouvoir des réseaux du Parti Socialiste et de son succédané En Marche est encore plus néfaste à la qualité de l’information que celui du capital.

Bien que la presse Française soit aux mains des milliardaires, il serait évidemment absurde de croire que ceux-ci dictent tous les matins des articles à leurs employés – ils ont bien d’autre chose à faire. Le système médiatique n’est pas une vaste organisation complotiste dont toutes les parties agiraient de façon parfaitement synchronisée : il est composé d’une multitude d’agents dont les actions ne font système que jusqu’à un certain point parce qu’elles obéissent à des logiques contradictoires. Si les services politiques sont mobilisés pour abattre Mélenchon, les autres n’obéissent qu’à la logique du profit, c’est-à-dire de l’audience. Or on ne se fait pas aimer du public en tapant sur Mélenchon quand ce dernier est devenu la personnalité politique préférée des Français. Ainsi s’explique le revirement spectaculaire de Yann Barthès, expert en sensationnalisme que l’on devine dénué de toute morale politique : lui qui multipliait en 2012, avec le Petit Journal, les vidéos ridiculisant Mélenchon, tourne aujourd’hui Le Figaro en ridiculepour le plus grand plaisir de ses fans.

Soutenus par les journalistes dissidents et par les mouches du coche portées par l’air du temps, les Insoumis pourraient donc bien gagner leur bras de fer contre les éditorialistes. En montant la cabale bolivarienne, ceux-ci ont joué leur va-tout. Si nous parvenons à la désamorcer, leur discrédit sera complet, notre élan renforcé, et la pièce ira au dénouement que j’espère de tout cœur et en lequel je crois chaque jour plus fermement. Rendez-vous les 23 avril et 7 mai pour les quatrième et cinquième actes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

carol 15/04/2017 21:30

à propos de l'ALBA excellente explication de JLM
à diffuser
https://www.youtube.com/watch?v=dLxbhHEIlrA&

carol 15/04/2017 22:05

je me suis trompée de lien, voici la 25ème Revue de la semaine de JLM dans laquelle il cloue le bec aux médiacrates malveillants https://www.youtube.com/watch?v=hGQtZo2bqUM

FABIEN Mca 15/04/2017 20:02

Merci Daniel pour ces infos, précieuses en cette dernière ligne droite. Merci pour ton blog en général. Par une incroyable coïncidence nous nous sommes croisés place de la République le 18 mars dernier (avec Odile), j'étais alors avec une de mes filles, occupée à chercher sa grande soeur que nous avions perdue -ceci pour te situer qui je suis. Demain à Toulouse où l'on co-voiture avec un indécis. Je "laboure le terrain" à ma façon , pas à pas et selon nos moyens. On va gagner, les jeunes sont avec nous !!

carol 15/04/2017 21:33

super, on se voit demain, bus et co voiturage, on va faire remonter le mascaret de la Garonne jusqu'à Toulouse!

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche