Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 16:31

Attendez ! Attendez ! Pas de méprise. Qu’on se comprenne. Il ne se radicalise pas, il se partiradicalise. C’est dire que l’heure du P(s) est venue d’être semblable au Parti radical, puissant jusqu’à la 2ème guerre et qui, au lendemain de celle-ci, a cessé d’être représentatif pour devenir une structure politique fossile.

En cette matinée ensoleillée, quelques jours après les ides de mars qui furent jadis fatales à César, le félon Valls porte le coup de grâce, saigne à blanc Hamon le chevalier des voix sans utilité électorale, non comme il le dit pour faire barrage au FN (slogan en vogue au club des faux-culs), mais pour réduire à la portion congrue Hamon à la présidentielle qui comptait sur l’élection pour se faire une santé et qui, comme lui, s’apprête à concourir à la direction de ce qu’il restera du P(s).

Finalement la primaire a eu la peau du P(s) plus aisément qu’une analyse critique de ce qu’est devenu ce parti.

Au passage, on mesure la sagesse de la France insoumise qui n’a pas voulu se prêter à l’exercice de la primaire. Le bon sens dont elle a su faire preuve, lui permet, à cette heure, d’être l’unique force, la seule proposition politique populaire de gauche capable d’accueillir ceux qui le veulent des orphelins du P(s), de rassembler ceux qui aspirent à une société plus juste et plus fraternelle.

Un temps on a pensé que le choix de Hamon à la primaire solférinienne était un handicap pour la France insoumise. C’était sans compter sur les mœurs politiques nouvelles où le parjure se porte à la boutonnière, la parole donnée ne vaut pas un kopeck. De fait ce fut une aubaine.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche