Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 06:28

EELV en état de décomposition avancée.

Après les départs de EELV de B. Pompilli, E. Causse, F de Rugy, J.V. Placé venus s’assurer portefeuilles au chevet du dernier gouvernement Hollande-Valls, voici venu le temps de dissensions nouvelles après que Y. Jadot, d’autorité, ait jugé bon d’acter un accord avec B. Hamon sans consulter sa base, accord dans lequel EELV est sacrifié. On ne s’étonnera pas de l’ire de militants dans un parti qui n’a jamais apprécié le comportement féodal.

Tandis que les ex-EELV : de Rugy désormais soutien de Macron, Placé se prononçant en faveur de Hamon, après le dernier choc porté par Jadot, il est des militants à opter pour la France insoumise car ils ont souvenir cuisant de ce qu’on appelle le coup du Bourget dans lequel la parole ‘socialiste’ ne vaut qu’à l’instant d’être énoncée.

Exergue

 **

 **

Source : http://www.francetvinfo.fr/politique/melenchon/yannick-jadot-nous-a-trahis-la-colere-de-certains-militants-eelv-apres-l-accord-avec-benoit-hamon_2071157.html

*

L'annonce du retrait de la candidature de Yannick Jadot à la présidentielle au profit de Benoît Hamon a déboussolé de nombreux militants d'Europe Ecologie-Les Verts. Certains d'entre eux affichent leur volonté de soutenir Jean-Luc Mélenchon.

 *

"Yannick Jadot nous a trahis" : la colère de certains militants EELV après l'accord avec Benoît Hamon

 

Entre colère et "gueule de bois", l’ambiance est électrique chez EELV depuis l’annonce par Yannick Jadot du retrait de sa candidature à l'élection présidentielle, jeudi 23 février sur France 2. Cette déclaration faite sans la validation des militants suscite la colère dans les rangs du parti écologiste, au sein duquel certains ont décidé de rejoindre J-L Mélenchon.

"Les cris de trahison sont nombreux, raconte Mathieu Béchu Diaz, conseiller fédéral EELV d'Alsace, à franceinfo. J'ai reçu une quarantaine de mails de militants qui abandonnent le parti. Il y a beaucoup d'orphelins de l'écologie aujourd'hui." Même son de cloche du côté de Chekra Kaabi, membre du bureau du conseil fédéral d'EELV : "Les militants nous disent : 'Yannick Jadot nous a trahis', explique-t-elle. Certains ont déjà annoncé leur démission."

On a le sentiment d'avoir été vendus. Ce qui est sûr, c'est que nous ne ferons pas campagne derrière le PS. Chekra Kaabi, membre du bureau du conseil fédéral d'EELV à franceinfo

Au cœur de la polémique, l'accord signé entre l'équipe de négociation d'EELV et le Parti socialiste. Ce document définit un certain nombre de garanties électorales, comme l'absence de candidat PS dans les circonscriptions des députés EELV sortants, et des mesures à mettre en place si B. Hamon est élu : notamment, la fin du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), une sortie du nucléaire en vingt-cinq ans, ou encore l'instauration de la proportionnelle aux élections législatives. Tout cela, en échange du retrait de la candidature de Yannick Jadot.

"Il faut arrêter de prendre les gens pour des imbéciles"

Un accord "schizophrénique", tranche Chekra Kaabi. "D'un côté, il y a un volet programmatique très beau, mais qui ne pourra pas aboutir, et de l'autre un volet électoral très faible", estime-t-elle. Un accord avait été aussi signé entre EELV et le PS avant l'élection présidentielle de 2012. Il contenait déjà la fermeture de 24 réacteurs d’ici 2025 et une stratégie de transition énergétique. "C'était aussi formidable, et on a vu ce que cela a donné, se souvient Bénédicte Monville, conseillère régionale EELV en Ile-de-France. Il faut arrêter de prendre les gens pour des imbéciles."

Le Parti socialiste nous fait encore des plans sur la comète, alors qu'ils n'ont même pas été capable de mettre en place l'écotaxe. Bénédicte Monville, conseillère régionale EELV à franceinfo

Un accord d'autant plus critiqué qu'il n'a pas été validé par les militants avant d'être annoncé. Car pour être définitif, il est censé être approuvé par une majorité des quelque 17 000 électeurs de la primaire écologiste. "Le plus grave pour moi reste le déni démocratique, estime Maël Rannou, candidat EELV aux prochaines législatives dans la 1re circonscription de la Mayenne. C'est triste, car ma confiance en Yannick Jadot était totale, son discours clair, et j'ai l'impression que tout ça est balayé d'un revers de la main."

Apprendre par les médias que le candidat pour lequel on se bat depuis 7 mois a décidé de se rallier, sans nous consulter, c'est dur. Maël Rennou, candidat EELV aux législatives à franceinfo

"Je vais parrainer Jean-Luc Mélenchon"

Résultat, les militants ont l'impression que le parti perd de son crédit. "Ce qui me chagrine le plus, c'est que l'on va encore raconter qu'Europe Ecologie-Les Verts est un parti supplétif du Parti socialiste", explique Bénédicte Monville. Cette élue, aussi professeure de faculté, voit monter "le discrédit total des politiques" dans les rangs de ses élèves.

Déboussolé, Mathieu Béchu Diaz ne sait pas pour qui il va voter au premier tour de l’élection présidentielle, "Je me sens spolié de mon propre choix", explique-t-il. "L'absence de candidat écolo est historique et complètement déstabilisant", abonde Chekra Kaabi. Alors, face au "délitement" du parti, eux et d'autres représentants de la gauche du parti, vont créer une "plateforme programmatique" pour interpeller les candidats sur les questions écologiques.

D'autres ont pris une décision plus radicale : faire campagne pour Jean-Luc Mélenchon. C'est le choix de l'élue Bénédicte Monville. "En l'absence de candidat EELV, je vais donner mon parrainage pour l'élection présidentielle à Jean-Luc Mélenchon", explique-t-elle. Selon elle, d'autres élus du parti écologiste seraient sur le point d'annoncer leur soutien au candidat de la France insoumise.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche