Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 06:44

Voici le temps venu de la victoire de B. Hamon à la primaire socialiste, le temps où l’intelligence désarme, la mémoire chancelle, la crédulité renait.

Voici le temps venu de continuer à tenir les yeux ouverts, de toujours préférer la lumière à l’ombre sur la paroi,  de serrer les rangs plutôt que de déserter au profit de l’illusion.

Voici le temps venu où les pusillanimes engagent l’avenir de tous.

Contre cela, il faut aussi lutter.

 Exergue

 **

 **

 

Source : https://www.legrandsoir.info/meme-avec-benoit-hamon-le-parti-socialiste-non-merci.html

*

Faire de la politique impose d’avoir une bonne mémoire.

La victoire de Benoit Hamon est certes préférable à celle de Manuel Valls, mais elle ne doit nullement servir le temps d’une élection présidentielle à rosir ou à verdir un parti "socialiste" devenu un obstacle au changement.

La victoire de Benoit Hamon prouve simplement que nous avons eu raison depuis 2012 de dénoncer ce parti faussement "socialiste" mais vrai fossoyeur de la gauche et de l’écologie.

Méfions-nous des illusions qui consisteraient à croire qu’une union sacrée serait possible avec ce parti qui a trahi pendant 5 ans ses engagements pris devant le peuple.


Méfions-nous des illusions qui consisteraient à chercher un "accord de papier" qui ferait oublier les trahisons du PS.

Le Parti de Benoit Hamon reste un obstacle au changement.

La victoire de Benoit Hamon ne permet pas d’absoudre le PS.

Ce n’est pas un problème de personne mais d’idéologie.

La victoire de Benoit Hamon ne nous rendra pas amnésique.

La victoire de Benoit Hamon ne recycle pas le PS à gauche
et ne le rend pas davantage soluble dans une véritable écologie.

Benoit Hamon a toujours été un dirigeant socialiste à la mémoire sélective. Auteur en 2011 d’un excellent ouvrage intitulé "Tourner la page" dans lequel il avait des mots très durs pour la social-démocratie accusée de mettre en œuvre des politiques plus libérales que sociales, cela ne l’a pas empêché d’être porte-parole du PS de 2008 à 2012 puis membre du gouvernement social-libéral de 2012 à 2014.

Hamon écrivait que cette pseudo-gauche était un "pis aller de la droite", il parlait même à propos du parti "socialiste" de "gauche placebo" et ajoutait que les sociaux démocrates étaient devenus un obstacle à l’émancipation.

Ce qu’écrivait Hamon au sujet du PS en 2011 est encore plus vrai en 2017.

Le Parti de Hamon n’est pas du côté de la solution mais du problème.

Aucun rabibochage électoraliste ne serait en mesure d’effacer la trahison des engagements qu’avait pris le Parti de Hollande en 2012.

Ne comptez pas sur nous pour légitimer avec Benoit l’illégitime Parti socialiste.

Ne comptez pas sur nous pour mentir au peuple et laisser croire que le PS serait de gauche.

J’appelle les Insoumis à ne pas se laisser soumettre.

Paul Ariès Directeur du mensuel les Zindigné(e)s

 **

 **

Laurent Binet : « Une vraie gauche pourrait accéder au pouvoir »

 *

Source : http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/02/01/laurent-binet-une-vraie-gauche-pourrait-acceder-au-pouvoir_5072640_3232.html

 *

Pour l’écrivain, Benoît Hamon demeure l’héritier de François Hollande. Son seul choix pour donner une chance à la gauche à la présidentielle est de dissoudre le PS et de se désister au profit de Jean-Luc Mélenchon.

 *

Donc les électeurs de gauche souhaitent une politique de gauche. Mais quelle surprise ! Qu’ils se soient massivement abstenus au premier tour de la primaire ou qu’ils aient voté Hamon à une large majorité au second, le message a le mérite d’être clair : la déchéance de nationalité, la loi travail, les milliards offerts au patronat, la chasse aux Roms et aux chômeurs, les bus Macron, le « socialisme de l’offre », la répression policière dans les manifestations, ce n’est pas exactement ce dont ils avaient rêvé. Ils ne se sont pas tellement sentis réenchantés.

Gauche utopiste contre gauche de gouvernement ? Immaturité des électeurs incapables de faire leur « Bad Godesberg » mental face à des dirigeants réalistes et responsables ? Mais gouverner, ce n’est pas obligatoirement ménager les intérêts du capital. Le Front populaire a gouverné et créé les congés payés. Les communistes ont gouverné avec de Gaulle et instauré la Sécurité sociale. François Mitterrand a nationalisé la quasi-totalité des banques et de l’appareil de production. Même Lionel Jospin a fait les 35 heures et la CMU. La « responsabilité » ne consiste pas nécessairement à réduire les coûts salariaux et les dépenses publiques, non, cela, c’est « l’austérité », une politique qui vaut ce qu’elle vaut mais qui est irréductiblement de droite, et toutes les contorsions sémantiques pour la transformer en « modernisation » n’y pourront rien changer.

Une impression de déjà-vu.

Il y a donc eu une opération de clarification salutaire dans cette primaire de la gauche : la gauche de droite (Valls)...

L’accès à la totalité de ce dernier article est protégé (désolé)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Il reve 03/02/2017 07:19

De fait ça manque de faits contre la politique choisie par Benoit Hamon.
Comment acceder au reste protégé de l'article .

exergue 03/02/2017 07:21

en achetant le journal

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche