Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 06:32

Affublé de diverses dénominations, porté par des courants politiques et économiques contraires, le désir fiévreux de revenu universel, qui s’est emparé du moment et de tous en cette période électorale, invite à la réflexion et à la prudence car il faut bien garder à l’esprit que la solidarité, le partage, l’Humain d’abord, n’est pas advenu en une nuit et sans calculs. Méfiance donc. Que cache cette apparente convergence ? C’est la question que chacun doit se poser.

Une première observation c’est, qu’hormis Bernard Friot qui réfléchit un salaire à vie dans le cadre d’une économie et une société socialisées (qui n’existent pas), les propositions se font à système inchangé, celui du libéralisme et du capitalisme dont on connait les ressorts : concurrence, compétition, égoïsme, individualisme,… et surtout pas partage et solidarité.

Il s’agirait, on croit comprendre, de lutter contre la pauvreté (on évite le terme de misère), de prendre en considération la raréfaction, annoncée et supposée, de l’offre de travail en faisant en sorte que chacun ait de quoi vivre après, bien entendu, avoir défini à minima ce que signifie le avoir de quoi vivre (subsister ?). La définition du de quoi vivre satisfaisant au plus juste, vu les montants proposés, les besoins premiers : se nourrir, se loger, peut-être s’habiller. Quid des autres besoins : la culture,… qui font de l’homme un être humain ?

Lutter contre la pauvreté ne devrait pas poser de problème dans un monde qui n’a jamais été aussi riche (nul ne le conteste). Quel parti s’avance sur le partage, la redistribution plus équitable de la richesse produite ? Remet en cause le système de l’exploitation du grand nombre par quelques uns, la financiarisation de l’économie ? Pas les libéraux ; les anciens comme les nouveaux convertis.

Prendre en compte la raréfaction du travail. Pourquoi alors ne pas le partager en abaissant le nombre d’heures travaillées (à salaire égal, bien entendu, en se réappropriant les sommes versées en dividendes aux actionnaires, dividendes dont la progression en pourcentage a atteint des records jamais vus dans l’histoire et des sommes considérables). Cela éviterait d’avoir un nombre de chômeurs impressionnant. Mais est-on bien sûr qu’il y a et il y aura vraiment raréfaction du travail ? Ne manque-t-il pas aujourd’hui des personnels soignants (infirmiers, médecins,…) ? Des personnels enseignants pour proposer un enseignement de qualité à tous ? Des agents du fisc pour lutter contre la fraude fiscale qui ferait rentrer des milliards dans les caisses ? Ne manquera-t-il pas demain des travailleurs pour préparer et mettre en œuvre la mutation écologique indispensable si on ne veut pas la disparition du vivant et donc la nôtre ? Etc., etc.,…

Allons plus loin.

Comment les bénéficiaires du revenu universel (qui ne sera pas épais) pourront-ils :

  • Se payer les soins de santé (il est question de supprimer la sécu) ? En les invitant à cotiser à des assurances privées, alors qu’ils n’auront pas les moyens financiers nécessaires de le faire ?
  • Mettre un petit pécule de côté (la retraite disparait) puisque le revenu universel est donné à vie ?
  • Accéder à la maison de retraite (dont-on sait le coût de la place) à moins qu’on en revienne aux mouroirs qu’étaient les hospices.
  • Payer à leur progéniture des études autorisant la promotion humaine et sociale ?
  • Etc.

Enfin ! Que fait-on de la dignité que confère le travail dans un monde où celui-ci est une valeur, un mode d’accomplissement ? Quel regard va être porté sur celui qui n’aura accès, malgré lui, qu’au revenu universel, et rien d’autre, dans un système économique, social et culturel qui n’envisage pas de changer ?

Mais laissons cela.

Mettre en œuvre un revenu universel sans changer de système (en restant dans le libéralisme, la concurrence,…), hors d’une économie davantage socialisée, n’est-ce pas créer pour l’éternité une classe de pauvres et de parias ? S’assurer la paix sociale, valider une société duale (les pauvres d’un côté les riches de l’autre) ?  Est-il acceptable d’envisager de donner quelques subsides aux êtres humains comme on jette un os aux chiens ? Je m’interroge.

Pour parvenir au revenu universel, ou à une de ses variantes, l’un supprime les allocs familiales, l’autre celles du chômage, puis c’est la retraite, la sécu, le RSA, l’allocation logement, …. Au final, que se passera-t-il ? Moins d’argent sera redistribué qu’aujourd’hui ; le système actuel aura gagné, les pauvres seront encore plus tondus.

La réflexion sur le revenu universel n’est pas aboutie, elle pue l’arnaque. C’est vrai qu’on est en période électorale et qu’il n’est pas interdit d’agiter le miroir aux alouettes sans avoir creusé la question.

J’oubliais. Les patrons ne vont-ils pas tenir l’argument du revenu universel pour éviter d’augmenter les salaires, alors même que de l’installation de ce dernier les cotisations (appelées indûment charges) sont appelées à disparaître.

Reste aussi à se poser la question du financement. L’Etat bien entendu. Comment par l’impôt. Impôt qui frappe très peu les grosses sociétés qui ont leur siège dans les paradis fiscaux. Qui paiera alors ? Toujours les mêmes : les petites entreprises, les classes moyennes et pauvres en l’absence d’une refonte de la fiscalité que les tenant du revenu universel ne sont pas près de mettre en chantier.

Voilà pour aujourd’hui quelques réflexions, un peu brouillonnes certes, mais qui devraient modérer les ardeurs.

Je vous propose également de lire l’article (1) : ‘Le revenu universel citoyen ou l’éternel retour du serpent’ et de compléter si le cœur vous en dit par les liens (2) et (3).

Exergue

 *

 *

  1. https://lundi.am/Le-revenu-universel-citoyen-ou-l-eternel-retour-du-serpent
  2. http://exergue.over-blog.com/2017/01/le-revenu-universel-cet-objet-a-intentions-variables.html
  3. http://www.regards.fr/web/article/le-revenu-universel-un-piege-liberal

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

steinberg alain 20/01/2017 10:03

sans compter qu a l avenement d un tel revenu a tous .....les prix ne manqueraient ils pas de ....s envoler .... d autant ....voire plus ?

AUPETITGENDRE JF 19/01/2017 17:49

Bien vu!!! Je vous signale un court article que j'ai rédigé en décembre sur le même sujet et qui complète le votre: http://aptgchronique.overblog.com/2016/12/pour-en-finir-avec-le-revenu-d-existence.html
Tant qu'à faire, vous pouvez aussi lire les deux derniers articles de http://aptgchronique.overblog.com/

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche