Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 14:05

Il y a peu, un candidat battu qui n’entendait pas rallier son vainqueur avait cette malice de dire : ‘Je ne suis pas propriétaire des voix’. C’était parfois, également, parce qu’il flairait que la consigne ne serait pas suivie - il valait mieux ne pas être lâché par la troupe.

Pourtant, la philosophie de la primaire, qu’elle soit de droite ou du P(s), voudrait que les voix obtenues par les candidats évincés se reportent sur le vainqueur. Rien de moins assuré, parce que les électeurs, qui en ont ras la casquette, ne se sentent plus liés par une règle qui leur ferait valider ce qu’ils rejettent du fond de leur tripe. Penser un instant Hamon battu, se ralliant à Valls (ce qui est possible au regard des mœurs du moment qui considèrent la politique comme un jeu de stratégie politicarde), que les électeurs vont suivre, c’est se foutre le doigt dans l’œil. Imaginer que l’onctueux Montebourg puisse récidiver l’opération qui l’a conduit, faisant fi de toute honnêteté politique et par strict calcul personnel, à apporter son soutien à Hollande lors des dernières présidentielles, c’est être à côté de ses pompes.  Je le dis, le peuple en a par-dessus la tête de ceux qui jouent avec la politique comme des gamins dans la cour de récréation et par convenance personnelle.

C’en est fini des ralliements à la con et, celui des chefaillons qui s’aviserait de le faire, court le risque de le payer fort cher. Les citoyens, mais aussi les militants, ne suivent plus. Ils ont pris la mesure de ces barons qui ne roulent que pour eux, sans souci du peuple dont-ils se réclament.

Ainsi, autrefois, par finasserie, les oligarques politiques, la nomenklatura, l’établissement, pouvaient dire ‘Je ne suis pas propriétaire des voix’, aujourd’hui ce sont les voix qui ne se sentent plus la propriété d’un quelconque leader.

Faisons donc les comptes.

A l’extrême droite, le FN perd quelque peu même si son électorat est assez stable, il perd du fait de positionnement de Fillon, notamment (pour faire bref) avec son discours sur les immigrés.

A droite.

Fillon, arrivé premier de sa primaire, n’est pas sûr de faire le plein des voix de droite. Il peut mordre sur le FN mais perdre du côté de Macron. Et puis c’est la zizanie dans son camp.

Macron va entamer la droite de droite et la droite de gauche - P(s) - plus libérale que jamais. Ce n'est pas sans dégâts.

Celui qui arrivera en tête de la primaire du P(s) ne bénéficiera pas de l’addition des reports qui ne se feront pas et sera bouffé à droite par Macron, à gauche par la France insoumise.

A gauche.

La France insoumise, avec ceux qui lui prêtent son concours, a un électorat stable, à moins d’un pépin du style Mohamed Merah ça devrait rouler. On ne souscrit pas à la France insoumise par hasard mais par conviction et de manière raisonnée. En proportion variable, il y aura des transfuges des primaires du P(s). C’est donc une progression, pour l’instant, assurée.

L’extrême-gauche, malheureusement pour le peuple de gauche, ne quittera pas l’ornière.

Dans ces conditions, bien malin qui peut dire qui sera au second tour. La méthode Coué et cathodique qui psalmodie un duel entre deux de ces trois : Le Pen, Fillon, Macron risque fort d’être de la revue. Rien n’est joué, la France insoumise a toutes ses chances de figurer au second tour des présidentielles. Dire qui sortira vainqueur du second tour des présidentielles si la France insoumise se qualifie, pour le moment, est une autre paire de manches tant le P(s) a instillé une culture libérale et réactionnaire dans ses rangs, tout le contraire du progressisme.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche