Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 07:46

Le dilemme est d’une simplicité enfantine.

Ou les hiérarques du PCF se mettent en position pour passer devant le social-libéralisme que représente le PS, bonnet blanc et blanc bonnet avec la droite comme aurait dit J. Duclos, ou ils refusent de s’inscrire dans la dynamique qui s’est ouverte à l’occasion du TCE, portée par Mélenchon en 2012 et à laquelle adhère pour les présidentielles 2017 un pourcentage important et toujours plus croissant d'électeurs.

De manière plus abrupte : ou ces hiérarques font le choix de leurs sièges en habillant leur propos d'arguties, ou ils font celui du peuple qui ne se reconnait plus dans l’alternance bidon et qui finit par alimenter le FN.

Exergue

*

*

Source : http://www.regards.fr/qui-veut-la-peau-de-roger-martelli/article/les-bases-de-l-unite-existent-depuis-longtemps

*

Les bases de l’unité existent depuis longtemps

La quête d’une réelle unité de la gauche pour 2017 et d’une synthèse qui satisferait tout le monde est chimérique. Sans attendre une complète refondation, il faut, ensemble, se donner les moyens de battre le social-libéralisme qui tue la gauche.

Des appels à l’unité se succèdent. Bien : il vaut mieux être en bonne santé que malade, rassemblés que désunis. Mais il existe aussi ce que l’on peut appeler un principe de réalité.

La gauche ne va pas bien, parce que c’est une gauche de renoncement qui tient le haut du pavé, depuis plus de trente ans. En face d’elle, une gauche de rupture a longtemps été déstabilisée et éparpillée. Elle a raté des occasions, s’est entêtée dans de vieilles chamailleries, n’a cessé de vouloir régler des comptes d’avant-hier. Pour la première fois depuis longtemps, en 2012, elle a commencé à s’unir. Elle l’a fait dans une forme imparfaite, discutable, brinquebalante. Cela s’est appelé le Front de gauche.

À la présidentielle précédente, sur le nom de Jean-Luc Mélenchon, elle a commencé à agréger de nouveau les voix de celles et ceux que le social-libéralisme ne faisaient décidément pas rêver. Les failles du Front de gauche, son caractère de cartel, le poids énorme du tête-à-tête PCF-PG ont érodé la dynamique engagée en 2008. Regrettable ? Oui, mais c’est maintenant un fait. À tort ou à raison, parce qu’il ne faut pas toujours laisser du temps au temps, Mélenchon s’est lancé dans l’arène. Force est de constater que, à ce jour en tout cas, cela n’a pas été sans effet.

*

Du côté de quelle gauche ?

À quelques mois de l’élection, et alors que ne sont pas engagées complètement les grosses machines du vote dit "utile", le paysage peut s’énoncer de façon simple. Le FN est installé dans le paysage, la droite hésite, la gauche gouvernementale est infime. Pour la première fois, le leadership à gauche du socialisme "classique" est écorné. Reste à savoir par quoi il peut être remplacé. Par une confirmation du glissement à droite ? Si ce n’est pas Hollande qui en porte les couleurs, Macron est en réserve. En cherchant du côté de la gauche ? Mais quelle gauche ? Celle qui pointe au PS est incertaine. Montebourg ? Hamon ? Les mêmes, mais un peu plus à gauche ? Cela ne fait guère sérieux.

Jospin, en son temps, avait bien plus de carrure et d’ossature : or il a découragé la gauche et encouragé la dynamique de Jean-Marie Le Pen. Rassembler "la gauche hors gouvernement", ceux qui ont combattu Valls et ceux qui l’ont si longtemps soutenu ? Convenons qu’une poule aurait du mal à y trouver ses petits…

À côté de cela, le nom de Mélenchon est souvent considéré comme le plus crédible à gauche, comme le plus représentatif de ce que devrait être la gauche. À cause de son talent ? Sans nul doute. Mais surtout parce qu’il s’inscrit dans la continuité de ce qui s’esquisse depuis plus de quinze ans, qui a nourri le courant antilibéral, puis le Front de gauche.

*

Faute de refondation…

Ignorer cette dynamique et dire qu’il faut repartir de zéro, redéfinir un programme et sur cette base choisir un candidat, ce n’est aujourd’hui rien d’autre que dire : "Tout, sauf Mélenchon". On peut toujours trouver des raisons pour le justifier. En général, ce sont les mêmes motifs qui, avant 2012, poussaient beaucoup à récuser son nom. Le problème est que, en dehors de lui, la même défiance s’est à peu près toujours exprimée, quel que soit le nom suggéré dans l’espace de la gauche de gauche. Pourquoi ? Parce que cette gauche n’est pas allée jusqu’au bout de sa refondation. Dommage… mais c’est ainsi. Régler en peu de mois ce que l’on n’a pas résolu en quinze ans ? Il n’est pas bien difficile d’imaginer que c’est un pari pour le moins risqué.

Redéfinir le programme ? Depuis 2004, la trame programmatique a été définie, dans la bataille contre le projet de Traité constitutionnel européen, dans les propositions des collectifs antilibéraux, dans le programme de "L’Humain d’abord". Quand je lis les suggestions faites ici ou là, du côté des "Insoumis" comme ailleurs, je trouve éventuellement des points qui ne me convainquent pas et parfois même me heurtent. La musique de fond peut différer, mais la logique générale est la même, antilibérale, démocratique, globalement émancipatrice.

Comment, en deux ou trois mois, parviendrions-nous à une synthèse radicalement différente et qui ferait consensus bien au-delà de l’existant ? Sauf à se résoudre à un accord mollasson de "moins-disant", on ne parviendra pas à un texte qui sera en même temps beaucoup mieux et très différent de ce qui a déjà été ressenti comme un bien commun pour notre espace.

*

… continuer les combats

Dans les années 1960, quand les communistes proposaient l’union de la gauche, les socialistes avançaient l’idée d’un "dialogue idéologique" qui, en multipliant les "conditions" fondamentales d’un accord, équivalait à faire l’union à gauche… sans les communistes. Je trouve aujourd’hui, dans les discours du rassemblement "le plus large", un petit parfum de "sans Mélenchon" ou de "avec Mélenchon… sur un strapontin".

Je suis communiste. Malgré mon estime pour celui qui porta nos couleurs en 2012, je ne suis pas un "mélenchoniste". À vrai dire, je n’ai ni envie d’user mon temps à expliquer que je ne suis pas lui, ni de lui passer tous les matins la brosse à reluire. J’ai simplement envie que, ensemble, nous battions à gauche le social-libéralisme qui tue la gauche. J’ai envie de continuer les combats de plusieurs années. Je ne veux pas retourner à la case départ.

Il se trouve que, sans avoir à repartir de zéro, "l’outil" Mélenchon est celui qui est le plus perceptible dans l’opinion, tout en s’appuyant sur un corps de propositions dans la continuité de 2012. La seule question que je crois pertinente se divise donc en deux. On le laisse seul – au demeurant, seul… avec les "Insoumis" et de 11 à 14% des intentions de vote – ou on l’accompagne ? Et si on l’accompagne, que fait-on pour que la dynamique de 2017 soit la plus ouverte et la plus représentative de toutes nos sensibilités ?

À ces deux questions, ce n’est pas d’abord au candidat de répondre. Mais à ceux qui ne veulent pas laisser passer la chance… Non pas celle, hypothétique, que l’on ne saisira pas à court terme, mais celle qui est à portée de main.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche