Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 15:49

 On m'a dit tes idées ne sont plus à la mode
Quand on veut gouverner ce n'est pas si commode
Il faut évidemment s'adapter au terrain

Mettre jour après jour un peu d'eau dans son vin

On m'a dit dans la jungle il faut qu'on se débrouille
On est bien obligé d'avaler des magouilles
De laisser dans un coin les projets trop coûteux
On va pas tout rater pour des canards boiteux

La porte du bonheur est une porte étroite
On m'affirme aujourd'hui que c'est la porte à droite
Qu'il ne faut plus rêver et qu'il est opportun
D'oublier nos folies d'avant quatre-vingt-un

On m'a dit qu'il fallait prêcher le sacrifice
A ceux qui n'ont pas pu s'ouvrir un compte en Suisse
Qu'il fallait balayer tous nos vieux préjugés
Et que ceux qui travaill'nt étaient privilégiés

On m'a dit tu comprends tes idées archaïques
Ne feront qu'aggraver la crise économique
Ainsi la liberté dans un monde plus juste
Fait partie des slogans qui sont un peu vétustes

La porte du bonheur est une porte étroite
On m'affirme aujourd'hui que c'est la porte à droite
Qu'il ne faut plus rêver et qu'il est opportun
D'oublier nos folies d'avant quatre-vingt-un

Puis d'autres sont venus beaucoup moins présentables
Qui parlaient de la France en tapant sur la table
Qui disaient faut changer c'est la loi du pendule
On va pour commencer supprimer la pilule

Ensuite il faudra bien flytoxer la vermine
Rétablir la morale avec la guillotine
Et pi gn'a qu'à virer les mauvais syndicats
Pour conserver celui qui plaît au patronat

La porte du bonheur est une porte étroite
On m'affirme aujourd'hui que c'est la porte à droite
Qu'il ne faut plus rêver et qu'il est opportun
D'oublier nos folies d'avant quatre-vingt-un

Ils ont dit qu'il fallait se montrer réaliste
Qu'il y avait du bon dans les journaux racistes
Qu'il fallait nettoyer ce cher et vieux pays
Si l'on ne voulait pas qu'il devienne un gourbi

Dois-je vous l'avouer ces propos me renversent
Quand je vais boire un verre au café du commerce
Parfois je crois revoir sur du papier jauni
La photo de Pétain dans mon verr' de Vichy

La porte du bonheur est une porte étroite
Qu'on ne me dise plus que c'est la porte à droite
Qu'il ne faut plus rêver et qu'il est opportun
D'oublier nos folies d'avant quatre-vingt-un

 **

 **

 

Vidéo : Ferrat chante https://www.youtube.com/watch?v=VEFe6XB3zHM

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pimpim 16/10/2016 20:40

Je me retrouve dans votre texte dans divers points.
J'ai d'une part des racines espagnoles, cela fait des lustres, une immigration fin 19 e siecle aussi pour ma part et je pense du au hasard de mes études, je suis celui qui connait le mieux cette culture et langue. Néanmoins, on m' a toujours appris d'où je venais, de personne qui par nécessité ont eux aussi quitté leur pays afin de survivre voir vivre aprés.Ils ont pu le faire en France.
D'ailleurs, le grand pére de mon pére immigré, disait à juste titre à son fils, "ton pays est celui qui te donne à manger.
Et on pourrait décliner cela à l'infini comme le pére qui te donne à manger est ton pére méme si celui ci n'est pas celui d'origine...
A mon sens , dans la vie l'important est de ne pas oublier d'où l on vient, et géneralement quand les gens l'oublient, on peut se dire que ces gens sont malhonnétes.
Et chaque jour, nous en avons la preuve.

L'autre jour, je regardais le débat de la primaire à droite, une surrenchére de regressiion sociale, proposée par tous les candidats. Le camp était choisi, les hommes doivent servirent l'économie et le capital. Ils avaient tous leurs raisons, trop de fonctionnaires, trop de charges sur l'employeur etc... En gros, faut travailler plus, étre moins payé... Les fonctionnaires sont faignants et trop payés. Le français est feignant à titre général etc.... alors les immigrés ils volent forcément notre pain.

Déja, tous ces soi disant sachants, nous ressortant les mémes recettes qui ont fait leur preuve depuis 30 ans (on voit où on en est, ils ont d'ailleurs t vu venir les crises monétaires etc... ) . Ces gens nous parlent d"économie en oubliant une régle économique dans un monde mondialisé et concurrentiel, c'est la politique monétaire. Une des armes en économie d'un pays est sa monnaie. C'est l’épée du chevalier. Et la notre, l'Euro est une épée en plomb qui ne sert que les allemands. On ne peut la dévaluer pour étre compétitif (traité européen oblige) et cette euro fort ne sert que l'économie allemande.
Donc des gens nous font des discours d'économistes en nous disant que cela est une guerre mais la guerre est perdu d'avance car on y va dans ce monde choisi sans arme. Cela est malhonnête. En gros faut des grosses voitures, mais on n'a pas d'essence. Des véritables buses, mais cela passe, les coupables sont en fin de compte les immigrés, les autres etc...
Dans cette surenchère de malhonnêteté, on en connaissait quelques uns pour les avoir supporté le SARKO, le FILLON, le COPE etc.. Bruno Lemaire, le mec qui a été fonctionnaire et qui crachait dessus, en politique extérieure, faut envoyer du monde pour se battre contre DAESCH moi je serai dans mon bureau bien au chaud...

Pour finir, j'ai tergiversé mais l'idée me semble t il est là. Quand on oublie d'où l'on vient et la majorité d'entre nous venons de pas grand chose et qu 'en plus on crache sur les autres, nous pouvons deviner qui aurait tenu plutôt les miradors que les barricades.

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche