Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 14:43

« Je soutiens que la croyance en la possibilité d’un consensus rationnel universel a conduit la pensée de la démocratie sur une fausse route »

« Ce dont nous avons besoin c’est du développement de ce que j’appelle un populisme de gauche. (…) La seule façon de pouvoir enrayer aujourd’hui le développement du populisme de droite, c’est de développer un populisme de gauche, qui va mobiliser les affects. La force du populisme de droite, c’est d’avoir compris le rôle des affects en politique. »

Chantal Mouffe

**

**

Concernant le mouvement Nuit debout, Chantal Mouffe observe que s’il s’oppose au consensus de la postdémocratie il est partisan d’un autre consensus : le sien, or, dit-elle « On doit se réjouir du retour des clivages politiques » car « on ne peut pas imaginer que tout le monde soit d’accord ». En démocratie réelle, il y a « toujours quelqu’un qui va gagner et qui va perdre ». Pour que le mouvement ne disparaisse pas, « si on veut vraiment changer la société il faut qu’il y ait institutionnalisation » (transformation en parti). La démocratie n’est pas ‘présentiste’ (type associatif), elle est représentative et plurielle (type dissociatif) car « pour décider il faut qu’il y ait des alternatives* » permettant au conflit d’émerger et qu’il soit résolu au travers de procédures qui permettent de « s’opposer sans se massacrer », c’est le mode agonistique (ami-adversaire) qui met en jeu le eux-nous.

*Podemos : « Tenemos votos pero no tenemos voz » (Nous avons le droit de vote mais pas de proposition alternative)

Exergue

**

**

**

Entretien avec Chantal Mouffe : http://www.

franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/vive-le-dissensus

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche