Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 08:43

Il n’y a pas si longtemps le mur de Berlin tombait. Il n’y a pas si longtemps. La foule était en liesse.

Plus près, dans le temps, Israël entamait la construction d’un mur pour se séparer de Gaza.

Tandis que les Etats-Unis en bâtissaient un pour établir une frontière étanche avec le Mexique.

Aujourd’hui, c’est à Calais que la France en établit un, sans avoir d’autre imagination que de parquer, sans remettre en cause sa politique au Moyen-Orient ou en Afrique, ou ailleurs, sans avoir l’ambition d’attaquer le mal à sa racine.

Régis Debray écrivait, je ne sais plus dans lequel de ses bouquins, sur la nécessité des frontières car elles ouvrent autant de portes qui sont passages, échanges, ce qui est loin d’être le cas des murs qui prétendent à l’étanchéité et à l’enfermement.

Dans ce monde qui se veut global, il est cocasse d’observer Ô combien il ne l’est pas. Global pour aller se faire du fric sur le dos des autres mais non pour partager. Global pour exploiter mais non pour accueillir. Curieuse conception de la globalité, de la mondialisation, que de la vouloir seulement à sens unique et de ne pas vouloir en supporter les conséquences.

Dans la globalisation, la mondialisation, les multinationales dans le cadre de l’idéologie ultralibérale ont pris le relai du colonialisme des états et des empires. Rien ne change quant au fond, si ce n’est la profondeur des méfaits.

Ils sont là, réfugiés, sans papiers, clandestins que nous avons fabriqués pour les avoir contraints à partir de chez eux.

Il y a peu de temps, je visitais le mémorial du camp de Rivesaltes récemment ouvert pour célébrer le sempiternel plus jamais ça. Lieu de désolation en surface, à l’écart du gros bourg, mémorial enterré pour que nous puissions échapper à notre honte. Tout le monde y vient vérifier l’exécrable qui a vu se succéder : juifs, gitans, espagnols, harkis… mais finalement…

… l’Histoire recommence…. la même Histoire ressurgit, semblable à l’hydre de l’Herne dont la tête coupée repousse, …. l’Histoire rebondit de repentance en repentance, phénomène qui nous autorise à recommencer nos fautes et nos erreurs, sachant que nous nous accordons la possibilité de les effacer à intervalles réguliers.

Qui se souvient que Manouchian était un clandestin, un sans-papiers, travaillant en loucedé en France avant de diriger le réseau qui porte son nom et de prendre les armes pour défendre la France tandis que des gaulois au nom de Lucien Lacombe fricotaient, d’autres se tenaient pénards attendant la fin de la guerre pour pouvoir devenir bien franchouillards ?

Qui se souvient que le réseau Manouchian, 23 résistants communistes, tous morts pour leur honneur d'êtres humains, pour nous, était composé de 20 étrangers (dont une femme), polonais, hongrois, italiens, espagnols, roumains, tous en lutte contre le fascisme, …. pour 3 gaulois.

*

*

Et s’il y avait autre chose à faire que de construire des murs ? qu’à bâtir des camps ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche