Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 19:26

Le dîner de cons – entendez la primaire ‘socialiste’ - se fera sans le PCF : il ne recevra pas son carton. Ce n’est pas faute, pour certains cadres du PCF, d’avoir sollicité ardemment l’invitation.

A quoi aura servi le dernier congrès du PCF dont il faut rappeler que la ligne de P. Laurent a obtenu un succès plus que relatif, que l’on peut qualifier d’historiquement bas ? D’évidence, à pas grand-chose puisque la ligne sortie du congrès est envoyée aux orties par la seule décision du PS.

Plus grave pour le PCF est - cela pour ne pas être dit n’en est pas moins réel – que désormais 2 lignes s’affrontent en son sein : celle du « compromesso storico » (compromis pour la gamelle) et celle de l’ancrage à gauche, cette dernière ayant le vent en poupe et fort heureusement, avec la participation de certains cadres et de la majorité des électeurs du PCF.

Comment faut-il regarder tout cela ? D’un bon œil. La distinction droite gauche, qui n’était qu’enfouie, resurgit.

On lira l’article de F. Parny, membre du PCF, dont sont extraites les lignes suivantes : Jean-Luc Mélenchon est plébiscité par 39 % des sympathisants de gauche…. Au-delà du choix de la personne l’importance du soutien témoigne d’une clairvoyance politique. C’est la seule candidature qui porte une alternative à toutes les politiques menées par la droite ou par le PS ; le seul candidat à proposer une autre voie qui permette de combattre la montée des idées d’extrême-droite. L’engagement du PCF permettrait d’amplifier encore cette dynamique en montrant que la cause commune se place au-dessus des égos comme des partis. Il redonnerait confiance à la société civile, à celles et ceux qui souhaitent un rassemblement ouvert, fondé sur l’intérêt général et non pas sur celui de tel ou tel parti’.

Exergue

**

**

**

Source : https://blogs.mediapart.fr/francis-parny/blog/190616/le-pcf-plus-isole-que-jamais?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-67

19 JUIN 2016

La décision unilatérale du PS d'organiser une primaire réservée aux seuls socialistes et radicaux sonne le glas des autres primaires. La stratégie du PCF pourtant adoptée il y a quelques jours se retrouve sans objet. Sauf à faire l'impasse sur la présidentielle, la décision du PS devrait conduire à revoir la stratégie du 37ème congrès ou au moins à l'adapter.

Les fondeurs du PS sont piégés. Ils ne peuvent faire autrement que de participer à ces primaires auxquelles pourtant, ils croient à peine. Et le congrès de EELV a exprimé sa volonté d’une candidature écologiste. Qui restera en lice pour porter « le pacte d’engagements communs » qu’on demande aux communistes de construire jusqu’à l’automne ?

Mais quelle conséquence également aura la manœuvre du premier des socialistes sur l’éventualité de l’adoption d’une motion de censure pour empêcher la loi El Khomri d’être adoptée ? Les combinaisons politiciennes seront-elles encore une fois, un moyen de ne pas combattre une loi de régression sociale sans précédent et des propos anti syndicaux du président et de son premier ministre qui confirment l’abandon de toute valeur de gauche.

Cet isolement terrible du PCF peut-il être évité ?

La ligne stratégique adoptée au congrès du PCF se résume dans cette formule : « le communisme n’est pas l’utopie du 19e siècle, ce n’est pas l’idéologie du 20e siècle, le communisme, c’est le mouvement de ce 21e siècle. C’est le temps du commun. »

Mais nous avons toujours besoin d’utopie. Il s’agit de construire celle qui réponde aux aspirations de notre temps. « Nuit debout » en est le symptôme.

Et la mort des idéologies fondant une alternative au capitalisme laisse un vide bien dommageable. D’autant plus que cette mort s’est accompagnée d’une formidable contre-révolution révisionniste à l’égard des idées de la résistance, de l’anti- colonialisme, de la révolution et du communisme, à laquelle nous n’avons pas su opposer résistance et prospective. Il serait indispensable de s’appuyer sur de nouvelles idéologies humanistes pour combler un vide propice aux pires engagements extrémistes.

Quant à la formule selon laquelle le communisme serait le temps du commun elle nécessite débat. De quel commun parlons-nous ?

Déjà dans un conseil national précédant le congrès une camarade d’Alsace avait fait remarquer que le « société de partage » qui sert de sous-titre au « temps du commun » était ambigüe et semblait directement issue de notre culture judéo-chrétienne. Le partage peut-être celui des restes à répartir une fois que les puissants de ce monde ont fait leur razzia. Il se nomme alors résignation à l’ordre établi et charité à l’égard des plus pauvres.

Pour un communiste la politique c’est le mouvement qui permet de subvertir l’ordre existant. C’est le temps de la justice sociale de l’innovation dans des formes nouvelles de vie publique contrôlée collectivement par l’ensemble des citoyens et citoyennes. Voilà le commun que nous recherchons comme communiste bien plus exigeant, mais le seul réaliste et à même d’être cru.

Les différents mouvements de transformation de la fin du 20e siècle et du 21e siècle nous enseignent qu’il est impossible de changer l’ordre établi sans une conscience partagée par le plus grand nombre qu’un engagement personnel est nécessaire pour à la fois définir, avec ses semblables, un nouvel intérêt commun, participer à son avènement et le défendre résolument face aux possédants actuels.

Il nous faut contribuer à la construction de ce mouvement qui a besoin des partis politiques de la transformation sociale certes, à condition que ceux-ci soient au service du mouvement et non pas l’inverse. Il est impossible de « faire société » sans un mouvement qui inclue les citoyens et les citoyennes à égalité de responsabilité avec les partis.

Un nouveau compromis historique ?

La stratégie du 37e congrès du PCF résumée dans la citation ci-dessus du communisme se traduit par un objectif politique irréaliste aujourd’hui.

Ce congrès aura au moins servi à ce que son dirigeant principal clarifie la nature du rassemblement qu’il propose. Il propose « l’alliance des courants transformateurs et réformistes ». Cette nouvelle formulation « française » du « compromesso storico » (proposé dans les années soixante et dix par les communistes Italiens à la démocratie chrétienne) ne peut connaître que l’échec.

La réforme en elle-même n’est pas un sacrilège. La révolution citoyenne pourrait être le résultat de réformes immédiates et successives. Ce qui compte c’est leur contenu et la façon dont on procède pour les mettre en place. On sait aujourd’hui qu’il n’est pas possible de changer ce système sans des réformes radicales remettant en cause les logiques financières imposées à l’économie et à la société toute entière. Impossible également de changer la politique sans une réforme profonde de notre système institutionnel.

Mais s’agissant du réformisme comme courant politique, force est de constater qu’il n’a plus grand-chose « à se mettre sous la dent ». Les exigences du « capitalisme absolutisé » - ou du néo libéralisme, c’est comme on veut - ont drainé l’essentiel des richesses produites vers les plus grandes puissances financières. Dès lors il ne reste plus de richesses à répartir au profit du salariat ni des biens communs. Il n’y a plus de grain à moudre. Sans réformes radicales encore une fois, aucun espoir de construire un développement fondé sur le progrès social et la préservation de notre écosystème. Sans changement de République, aucun espoir de développer un nouveau projet culturel à caractère universaliste.

Alors que faire ?

D’abord il faudrait arrêter de se fourvoyer dans la recherche d’alliances avec les socialistes. L’avenir du PCF doit être fondé sur son autonomie et la construction d’une alternative à cette social-démocratie rejetée dans nombre d’autres pays européens. Les alliances avec le parti socialiste nous font dépendre de lui dans le rapport de force actuel. Elles nous isolent et nous mettent à la merci des décisions du PS comme le montre la décision unilatérale de Cambadélis dont on pourrait dire qu’il a « lâché » Pierre Laurent. Pour les socialistes quels qu’ils soient, l’avenir en France se joue à l’intérieur du parti socialiste et beaucoup pensent que le PCF comme les écologistes ne comptent plus. François Hollande déjà avait regretté que Claude Bartolone s’allie avec Pierre Laurent et Emmanuelle Cosse au deuxième tour des régionales en Ile de France.

Ensuite il faut revenir à ce qui a fondé le front de gauche. La compréhension que dans le monde actuel il faut construire un rassemblement alternatif aux formations politiques qui s’accommodent de la société dans laquelle nous vivons et qu’il faut construire ce mouvement avec le peuple dans ses représentations multiples.

C’est de plus en plus urgent car notre écosystème est en danger et la société qui se met en place, bien loin du modèle français issu de la Résistance, est celle de la pauvreté, de la précarité, de la concurrence, du rejet des autres sur fond de crise sociale et culturelle permanentes.

Cette réorientation nécessiterait sans doute un nouveau congrès ! Il faudra attendre trois ans pour cela.

Pour une candidature gagnante

Mais rien n’empêche de traiter les questions une par une, en commençant par celle des élections présidentielles de 2017.

Jean-Luc Mélenchon est plébiscité par 39 % des sympathisants de gauche devant Martine Aubry, Manuel Valls, ou Arnaud Montebourg. Au-delà du choix de la personne l’importance du soutien témoigne d’une clairvoyance politique. C’est la seule candidature qui porte une alternative à toutes les politiques menées par la droite ou par le PS ; le seul candidat à proposer une autre voie qui permette de combattre la montée des idées d’extrême-droite.

L’engagement du PCF permettrait d’amplifier encore cette dynamique en montrant que la cause commune se place au-dessus des égos comme des partis. Il redonnerait confiance à la société civile, à celles et ceux qui souhaitent un rassemblement ouvert, fondé sur l’intérêt général et non pas sur celui de tel ou tel parti.

Seul ce rassemblement peut déboucher sur une victoire.

En ce moment le commentaire politique sur les intentions de vote place François Hollande et Jean-Luc Mélenchon dans un coude à coude antinomique peu productif. Mais la poursuite d’un soutien en faveur de Jean-Luc Mélenchon pourrait faire apparaître sa candidature comme la seule qui puisse dépasser la barre des 20 % pour offrir un espoir de victoire qui ne ressemble en rien aux précédentes. Un vote utile.

Francis Parny 19 juin 2016

**

**

Supplément: Leur primaire et les autres par François Cocq : https://cocq.wordpress.com/2016/06/18/leur-primaire-et-les-autres/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche