Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 07:19

Pour reprendre les propos de F Parny, si l’objectif de P Laurent le Magnifique est de mettre le PCF sous la dépendance durable du PS on comprend sa manière d’aller aux élections présidentielles.

Y aurait-il du R Hue chez P Laurent ? La question est sur la table.

Une chose est certaine. A jouer à ce jeu là : en cas de victoire de la droite, ce n’est pas la disparition de la représentation de la gauche qui est posée mais celle d’un courant de transformation sociale, celle de l’opinion communiste.

Ainsi va le PCF, en déclinant, malgré des M G Buffet pour tenter, rude entreprise, de ne pas le voir se dissoudre et disparaitre comme cela a été pour son frère italien.

Finalement, le PS est passé à droite, et le PC dans sa direction en prend le chemin. Dur à entendre. Mais dans les faits, c’est ça. A moins que…car 51% des communistes favorables (49% défavorables) à la ligne de la direction c’est un score historiquement si bas qu’il autorise à entrevoir d’autres perspectives pour le PCF.

Exergue

**

**

**

Source : https://blogs.mediapart.fr/francis-parny/blog/160416/questions-la-direction-du-pcf

*

*

Hier au conseil national du PCF, la direction a refusé, pour l’instant, d’inclure l’option d’un débat sur la proposition de candidature de Jean-Luc Mélenchon aux élections présidentielles dans le congrès des communistes. Elle a entretenu par ailleurs l’ambiguïté sur les primaires de gauche. Ci-dessous mon intervention au cours de cette réunion.

*

CN du 15/04/2016 : Intervention de F Parny

« La résolution qui nous est proposée constitue une modification au texte de la base commune consacré à 2017. On pouvait s’y attendre puisque ce texte faisait une large place à la description du mouvement social et au processus des primaires et que la vie sur ces deux questions à rendu certaines formules obsolètes. Combien de fois allons-nous remanier ce texte avant le congrès ?

Pourquoi ne pas mettre en débat dans le parti la seule donnée stratégique pour trois ans proposée par cette base commune intitulée « reconstruire la gauche » et contestée ou mise en débat par d’autres textes alternatifs ?

Si l’objectif de cette reconstruction est de mettre le parti sous la dépendance durable du parti socialiste considéré comme incontournable à notre avenir, alors on comprend qu’il ne faille pas en discuter et que les polémiques à propos des primaires servent de leurre pour parler d’autre chose.

Mais cette question est véritablement stratégique pour notre avenir alors pourquoi ne pas engager un grand débat à son propos ? Reconstruire avec qui, comment, pourquoi ? Reconstruire la gauche en interrogeant ce mot même de gauche comme le font les centaines de milliers de personnes qui se réunissent chaque nuit dans de nombreuses villes de notre pays.

Pourquoi ne pas mettre en débat cette question à partir de réflexions contenues dans le texte alternatif N°1 ? Peut-on par exemple reconstruire la gauche sans remettre en cause l’hégémonie d’un parti socialiste toujours plus libéral ? N’est-il pas indispensable de reconstruire la gauche en préservant notre autonomie et celle d’un courant de transformation sociale afin de permettre le rassemblement le plus large sur le seul socle commun acceptable, celui de l’anti libéralisme ?

Ces questions sont d’autant plus importantes qu’elles peuvent nous permettre également de positionner le parti pour concevoir une recomposition politique qui interviendra sans doute après 2017. Sur cette question, contrairement à ce que dit le projet de résolution, en cas de victoire de la droite, ce n’est pas la disparition de la représentation de la gauche qui est posée mais celle d’un courant de transformation sociale, celle de l’opinion communiste.

D’autres questions devraient être mises en débat pour notre congrès. Si les primaires comme beaucoup de communistes - sans doute la quasi-totalité – le pensent, ne débouchent sur rien de praticable, pourquoi ne pas mettre en débat la candidature de Jean Luc Mélenchon comme une option possible pour 2017 ? Mille trois cents communistes ont signé un appel/pétition qui demande à notre direction d’ouvrir le débat sur la proposition de candidature faite par Jean Luc Mélenchon, allons-nous leur répondre, et allons-nous leur répondre oui ? Ou bien continuerons nous d’entendre moult critiques sur celui qui a porté notre programme comme nos objectifs en 2012 ?

Est-il aujourd’hui disqualifié pour porter les mêmes espérances et le faire dans un cadre collectif large ? Cécile Duflot, Arnaud Montebourg sans parler de Nicolas Hulot seraient-ils plus à même de défendre l’inverse de ce qu’ils ont soutenus depuis 2012 ? Quelles autres candidatures feraient l’affaire dont on voit bien qu’une inclinaison existe à les concocter avant tout débat sur les contenus et en dehors de primaires citoyennes ?

Mise à part la candidature de Lutte Ouvrière, si la candidature de Jean Luc Mélenchon restait la seule au bout du compte à porter une option anti libérale que ferons-nous ? Sera-ce au dernier moment et dans quelles conditions ? Comment pourrons nous décider collectivement des candidatures les plus rassembleuses du camp alternatif pour les législatives alors que nous lançons dès maintenant un processus à la seule initiative du parti ? Comment nos candidats et candidates désigné-e-s répondront à la question « pour qui vous nous proposez de voter aux présidentielles » ?

La base commune comme le texte alternatif N°1 proposent un large débat citoyen. Pourquoi concevoir ce débat comme un préalable à la désignation d’un ou une candidate pour 2017 ? Cela conduit à une candidature qui serait annoncée à une date fort lointaine, postérieure à la Fête de l’Humanité qui est toujours un accélérateur populaire considérable pour construire un mouvement. Cette candidature pourrait même intervenir seulement début 2017.

Comment serait rattrapé le temps perdu par rapport à d’autres candidats qui s’inscrivent dans le débat public dès aujourd’hui ?

Pourquoi ne pas inscrire au contraire ce vaste débat populaire dans le cadre de de la campagne des élections présidentielles avec un candidat désigné et donner ainsi un objectif de victoire auquel toutes celles et tous ceux qui contribuent à ce rassemblement aspirent ?

Et pourquoi « l’humain d’abord » a disparu des radars ? Pourquoi aucune réponse à cette question ? Ce programme est-il devenu complètement obsolète ? Pourquoi lui substituer une consultation citoyenne qui dans sa formulation en rabat constamment sur le niveau des mesures à prendre pour changer la vie ?

Dès la première question nous demandons à celles et ceux que nous interrogeons de choisir trois revendications parmi quatorze qui sont toutes essentielles pour vivre, tout simplement. Proposons-nous de vivre de façon relative ? En fonction du présupposé que tout ne serait pas possible ?

Et sur l’Europe nous demandons s’il faut renégocier les traités alors que la question politique est de savoir ce que nous faisons s’ils restent en l’état.

« L’Humain d’abord » est inscrit dans l’imaginaire collectif comme une alternative crédible aux politiques en place. Pourquoi n’en ferions-nous pas la base de nos discussions populaires comme le propose le texte alternatif N°1 ?

J’ai adopté, pour mon intervention, cette succession de questions parce que je pense que nous ne débattons pas de façon contradictoire entre les options possibles. Toutes les contributions sur le site de débat du congrès sont suivies de cette formule assassine : « Il y a actuellement 0 réaction (à cette tribune) ». Nous continuons comme dans nos réunions de juxtaposer nos points de vue sans essayer d’en dépasser les contradictions. Ce faisant nous n’élaborons pas collectivement notre stratégie et nous ne créons pas les conditions d’un rassemblement large autour de notre politique.

Je ne sais pas si l’opinion que sous-tend mes interrogations qui ne sont pas que les miennes d’ailleurs, est majoritaire ou même tout simplement juste mais je pense qu’une démarche démocratique d’élaboration collective suppose au moins qu’on la mette en débat comme tout autre option. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche