Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 06:23

15 févr. 2016. Par MGarand. Dans Médiapart

*

Mélenchon se la jouerait homme providentiel et sa candidature serait par la même à bannir. Vous êtes nombreux à estimer qu'il faudrait un homme ou une femme qui ne soit pas « providentiel ». Avez-vous tout compris de ce qu'est l'élection du Président de la République sous la 5eme République ?

Pas Mélenchon : ah non ? Et qui alors ? Attendons que médias vous le disent !

Accepterez-vous de réfléchir sur un point : sous cette république, comme sous toute d’ailleurs, pour en sortir il faut prendre le pouvoir suivant les règles imposées, ou alors c'est le coup d’État. Même De Gaulle pour basculer la 4eme a tout de même mit un peu les formes, bien que ce fut au final une forme de coup d’État.

Hé oui, la médiatico-monarchie de la5 République suppose que les candidatures ne soient pas seulement "légale", il faut qu'elle soit en plus légitime, comme sous tout régime monarchique, celui qui prend le pouvoir doit avoir une forme de légitimité :

Et qui d'après vous construit la légitimité d'une candidature sous la 5ième ? Les partis institués avec le concours des médias. En prenant le parti ont devient chef de "famille ducale", donc Prince et donc légitime pour être fait roi.

Si dans une « famille » plusieurs « frères ennemis » prétendent devenir Prince, par la grâce des primaires les médias sont en fin de compte sollicité par la famille et viennent à son secours pour désigner celui qui sera légitime… parce que désigné par leurs sondages à eux. Voilà qui évite de se poser trop de question de programme politique, les médias aimant mieux discourir sur la "personnalité" des candidats et leur capacité à faire vendre du papier ou de l'espace publicitaire, voire à faire le "buzz".

Je veux bien que la candidature de Mélenchon gène aux entournures certains, et pour tout dire si notre foutue 5ième République autorisait l'émergence de mouvements nouveaux et donc de personnalités nouvelles à l'instar de ce que les constitutions espagnoles et grecques rendent possible et ont permis, je serais assez partisan d'une candidature d'une femme ou d'un homme représentant ce nouveau mouvement.

Mais comment ne voyez-vous pas que c'est justement ce que la 5ième interdit, avec de nos jours la complicité accrue des médias, et ce n'est pas un hasard, elle a été fabriqué pour ça, pour des hommes (ou femmes) providentiels ou présentés comme tel par les médias et pour interdire à toute force nouvelle d'émerger.

"Entre nous et les communistes, il n'y a rien" avait déclaré Malraux, se félicitant par avance que les institutions de la 5ième ne permettraient jamais l'arrivée au pouvoir des communistes : ainsi la droite gaulliste tiendrait le manche du pouvoir ad vitam æternam.

Vous aurait-il échappé que c'est l'effondrement du PCF et l'émergence d'un PS le dominant à gauche qui a changé la donne avec l'aide de la bataille interne à droite (Chirac contrant Giscard en 81) : le tout a permis une alternance, laquelle s'avéra d'ailleurs très vite n’être pas une réelle alternative aux politiques libérales, loin s'en faut !

Ne voyez-vous pas que c'est le calcul de Hollande et de l'état major solfériniens du PS ? Tiens entre eux et le Front National. Un FN dominant à droite, le rêve pour des socialistes n'ayant que la volonté de tenir le pouvoir, quitte en faire la politique de la droite.

Ne voyez-vous pas comment une force politique , car il faut bien l'appeler ainsi, telle que le FN, même en prospérant sur l’incurie de la 5ième et en flattant le fond de xénophobie, de racisme et de reste de colonialisme mal digéré par une part dramatiquement toujours importante de nos concitoyens, atteignant tout de même 1/3 des électeurs, que cette force n'est quasi pas représentée dans les organes de pouvoir de ce pays ? Le PCF lui était arrivé à presque 30%, mais avec une bien plus forte présence grâce au régime parlementaire de la 4ième et son mode électoral.

La 5ième a été conçu pour éviter notamment la « menace communiste » en instituant un régime bipolaire dans lequel une des polarités est considérée impossible.

Expliquez-moi comment le courant que représente la France insoumise et qui existe dans l'opinion tout autant qu'en Espagne ou en Grèce, ne peut émerger en France ? La réponse est dans les institutions de la 5ième.

Pour sortir de ce système il convient nécessairement, même si on peut le regretter, de se battre avec les armes que le système impose ? Un peu comme au judo, il faut de plus utiliser la force adverse pour le faire tomber. Il faut utiliser la force des médias opposants pour bousculer le système. Nous n'avons pas le choix des armes : ou alors choisir l'autre modalité, le coup d'état. Qui en veut ici ?

Seule une personnalité promue providentielle par les médias peut prendre la 5ième pour la basculer.

Vous pouvez retourner les choses de tout les cotés, vous en reviendrez hélas toujours à désolant ce constat. Mais il faut faire avec cette réalité

Si vous avez mieux que Mélenchon à nous proposer, personnellement je suis preneur, car je suis bien conscient que les médias vont le dézinguer un max, avec le concours "d'amis", comme certains ici, les médias auront la tâche facilité !

« Je voudrais être le dernier président de la 5e République et rentrer chez moi sitôt qu’une Assemblée constituante, élue pour changer de fond en comble la Constitution, ait aboli la monarchie présidentielle et restauré le pouvoir de l’initiative populaire. La 6e République commencera et ce sera une refondation de la France elle-même. »

L'homme providentiel qui annonce se retirer dès qu'il changé les institutions pour notamment nous débarrasser de la nécessité de passer par un homme providentiel, je prends : il n'y en a pas tant que ça !

Mais dites moi, à supposer qu'un autre que Mélenchon montre son nez avec autant de talent pour affronter la meute médiatique et arriver à la tenir en respect, croyez-vous que les dits médias lui feraient un cadeau ? Ho si bien sûr, le temps de s'appuyer sur lui pour dézinguer Mélenchon, et ce travail fait, ce serait à son tour de se faire dézinguer.

Et les primaires ? Alors rien de mieux pour les médias pour jouer ce jeu de massacre et de promotion d'hommes providentiels. Par sondage on vous dit quel est le candidat à présenter, en dehors de toute question de programme, et puis ceci fait on les démolit au besoin ou au contraire on les rend « providentiel ».

Mr Hollande fut présenté comme providentiel quand DSK ne pouvait plus tenir ce rôle, pour ne tenir un autre tout aussi juteux pour la presse d'ailleurs: Hollande vendu 'homme providentiellement normal" pour nous débarrasser de l'agité Sarko.

Et souvenez-vous de 2007 : Royal été la chouchou providentielle des médias pour les primaires socialistes, la candidate providentielle qui pouvait terrasser Sarko, et du coup les socialistes qui se croyaient jouer au tiercé se sont basés sur les pronostics médiatiques pour en faire leur candidate. C'était au dire des médias et d'après leurs sondages, la seule des candidats au primaires capable de battre Sarko, pourquoi auraient-ils voté pour un autre nos rusés socialistes ?

Les primaires ne servent qu'à faire devenir réalité les sondages bricolés par les médias.

Ceci fait, dés qu'elle fut désignée candidate, les sondages ont subitement "constatés" qu'elle serait battue par Sarko. Ah bon !

Mélenchon vous gène ? Alors des noms SVP !

J'attends des noms et je suis sûr que je ne suis pas le seul à vous attendre à ce tournant là !

*

Source : https://blogs.mediapart.fr/mgarand/blog/150216/pas-melenchon-ah-non-et-qui-alors-attendons-que-les-medias-vous-le-disent?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-67

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jacques Heurtault 17/02/2016 10:09

Sous la Cinquième République, la "règle" non écrite veut que n'importe qui peut déclarer qu'il est candidat à l'élection présidentielle. Il lui appartient, dans les délais impartis, de recueillir les cinq cents signatures d'élus requises puis d'obtenir, s'il le souhaite, le soutien explicite de tel ou tel "parti". Les candidats NE SONT JAMAIS les candidats d'un parti. Il en est ainsi depuis 1958. C'est vrai pour toutes les élections...

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche