Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 07:38

Les encombrants sont d’ordinaire des objets volumineux que l’on sort au trottoir pour s’en débarrasser après avoir averti les services municipaux équipés à cet effet de venir les prendre. Il arrive souvent qu’on ait quelque affection pour eux, liée au souvenir, à leur utilité du temps jadis mais à cet instant défunte. On aimerait bien les conserver, cependant ils ne sont plus bon à rien pour nourrir l’avenir et y faire face.

Il en est ainsi de quelques partis politiques. De la sorte EELV et le PC, à certains égards estimables, à qui on doit beaucoup, l’un pour avoir porté le premier la revendication écologique, l’autre pour avoir contribué amplement à l’amélioration de la condition humaine. Toutefois partis désormais plus enclin à s’assurer de leur survie par miettes tombées de la table solférinienne et gouvernementale que du sujet politique. Aussi, lorsqu’on les cherche à zig les voici qui sont à zag, et du temps qu’on va pour les rencontrer à zag, les voilà revenus à zig. Ainsi les poursuit-on vainement pour finalement se lasser de les voir partout mais nulle part à gauche où ils devraient se tenir.

Cécile Duflot disait il n’y a pas si longtemps pis que pendre du gouvernement lors de sa sortie de celui-ci et envoie aujourd’hui un pli énamouré au ‘Président’ pour lui demander une ‘coalition de transformation’ et des secondes noces. C’est que sa famille politique est si large - on y trouve à la fois cousins libéraux opportunistes et cousins de gauche - qu’elle navigue au vent.

Quant au PC, certes de gauche, qui joue les garçons d’honneurs dans la demande de ‘coalition de transformation’ proposée par Cécile Duflot, qui peut dire ce qu’il est ? Quelle est sa réalité ? Fait-on référence à l’image de son ancienne splendeur ? Certainement, car rien que dans l’Aude, il en est au minimum 3 formes. 3 formes qui ne peuvent pas se blairer, ne se parlent pas. L’une à Narbonne gueularde et prête à envoyer au goulag, l’autre à Carcassonne davantage dans le dialogue et l’union des forces de gauche quand ça lui chante, la dernière à Limoux divisée entre apparatchiks qui ont strapontins auprès du maire PS de droite tandis que les militants font cause commune dans le F de G. Et ce qui est bon pour le département se répète à l’infini sur tout le territoire français où le PC fait ici mumuse avec l’un tandis que là-bas il gaudriole avec l’autre. De fait que représente le PC ? Non un savoir être. Il n’est plus. Néanmoins une armée de plus en plus ténue de petites mains vieillissantes attachées comme dévots à leurs icones locales et nationales, et à la gloire passée. Autant dire qu’il n’en a plus pour longtemps et qu’il court après le PS de droite pour que celui-ci lui administre les soins palliatifs qui le font durer en attendant de recevoir les derniers sacrements.

De ces deux partis, il faut se défaire. On n’a que trop tardé. Se défaire de l’idée qu’on peut construire avec eux. Ils sont une entrave à l’avancée. On ne peut sans arrêt faire profil bas et en vain arrondir les angles au prétexte qu’on a avec eux quelques points communs. Aussi si on ne peut unir les partis, il reste à réunir les citoyens et les militants qui n’attendent que ça.

Le Parti de gauche, gauche radicale comme on le dit aussi, signifie à la fois attitude et étymologiquement racine. Attitude : on ne compose pas avec ce qui n’est pas la gauche. Racine : le fondement est le socialisme. De là, il ne faut point sortir. Alors ! sur qui compter ? Pas EELV. Pas le PC. Mais les citoyens et les militants, ça vient d’être dit, y compris des militants de ces deux partis, tous en ayant marre de ces partis-outils dont les leaders courent après leur fortune.

Le Parti de Gauche - le Front de Gauche étant mort - doit donc tracer sa route sans plus s’encombrer des poids morts. Il a un corps politique : l’Ecosocialisme (jonction de l’écologie et du socialisme) et l’Humain d’abord. Il a développé une Charte éthique politique avec le concours d’assemblées citoyennes (notamment en LRMP) dont il a eu l’initiative. Ses commissions planchent depuis longtemps tant sur l’éducation que sur l’économie, l’agriculture, la santé, les services publics, … Il a un leader. Il est prêt à prendre le pouvoir à gauche. Que lui faut-il de plus ? Rassembler : pour cela, battre la campagne sans plus tarder. Labourer, semer, s’il entend voir germer. Faire de l’éducation populaire. Écouter les citoyens. Partir des difficultés de ces derniers pour montrer comment celles-ci sont liées entre-elles et contenues dans des problématiques plus larges. Ainsi ceux des partis qui ne sont pas venus aujourd’hui attirés comme papillons par la lumière solférinienne ne manqueront pas demain le rencard du recyclage.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

carol 20/12/2015 13:20

des propos tenus et des choix ont été faits: http://13.pcf.fr/80128
rien à ajouter

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche