Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 17:03

Roger Mucchielli (1), dans son livre Comment ils deviennent délinquants, observait que ces derniers étaient dépourvus d’horizon temporel (incapacité à se projeter dans l’avenir). Avec ce sous titre explicite : développement de la socialisation et de la dissocialité. Dissocialité, terme qui revient sous la plume de Jacques Généreux dans son livre La dissociété, suivi de la Grande régression, où sont établis les ravages de l’individualisme causés par ceux, capitalistes et libéraux, qui ont décidé de ne pas faire société et de jouer perso, avec cette conséquence qu’est la disparition des valeurs morales car, comme l’écrivait Durkeim, « les valeurs morales sont des valeurs sociales ».

L’absence d’horizon temporel des capitalistes et libéraux avéré, à minima on imagine qu’ils devraient avoir à l’égard de leur descendance de l’intérêt. Même pas ! Participant à la destruction du code du travail (et de bien d’autres choses encore), donc de la loi dont la définition est : punir et protéger, ils mettent en danger leur progéniture si ce n’est présente du moins à venir car ils ne peuvent être assurés que celle-ci, la roue de la fortune tournant, n’ira pas dans quelques générations rejoindre la cohorte de ceux qu’à l’instant ils pressurent.

Des employés, ouvriers, cadres,…, qui votent pour les représentants politiques des capitalistes et des libéraux, il est pareillement. A se tenir à préserver leur situation présente avec cette idée que demain est un autre jour, sans penser un instant à l’exemple de leurs aïeux qui luttaient aujourd’hui pour un meilleur lendemain, ils font preuve, eux aussi, de manque d’horizon temporel.

Tout ceci reflète l’absence de valeurs morales, absence liée à la non (re)connaissance (2) des autres avec lesquels nous devrions être en société et faire peuple. On comprend alors, dans ce mouvement où c’est chacun pour soi, le sort fait à la Grèce par l’Allemagne et les pays valets. Mais on comprend en même temps que ce manque de considération morale est funeste, l’Europe ne pouvant plus se présenter comme un horizon.

Les capitalistes ayant mutés en libéraux, ou plutôt en libertariens, possèdent les caractéristiques des délinquants au contraire des socialistes qui sont porteurs d’un horizon temporel (souci de défendre les conquis sociaux et de les augmenter, souci de préserver l’écosystème sans lequel nous ne pouvons pas vivre,…) et de morale sociale (défense des services publics, sécurité sociale, impôt redistributeur, …).

***

***

  1. Roger Mucchielli : agrégé de philosophie et neuropsychiatre, psycho-sociologue et psychopédagogue.
  2. Co-naissance : naitre avec, selon Paul Claudel.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jacques Heurtault 13/09/2015 10:25

Mea culpa! Pas de quoi se fâcher ... Je ne suis effectivement pas un lecteur de longue date de votre blog. Mais, fondamentalement,, sur les "socialistes" (que vous appelez fort justement "solfériniens', nous pensons la même chose ou à peu près.
J'ai voté Hollande dès le premier tour des primaires socialistes en 2011. Je ne suis pas près de recommencer!

Jacques Heurtault 13/09/2015 08:54

Les socialistes sont porteurs d'un horizon temporel et de morale sociale? On ne doit pas penser aux mêmes socialistes! Disons les choses clairement : les socialistes, aujourd'hui, sont les militants et les responsables du Parti Socialiste. C'est comme cela que les gens les identifient ... Or ces socialistes ne sont certainement pas porteurs d'un horizon temporel et de morale sociale!

exergue 13/09/2015 09:52

Il y a longtemps que je ne me préoccupe plus des solfériniens, longtemps que je sais qu’ils ne sont pas socialistes. Je ne vais donc pas distinguer entre faux et vrais socialistes, ce qui n’a pas de sens et qui est une perte de temps. C’est en entretenant cette idée, et en lui faisant corps, que les ‘gens’, cependant de plus en plus rares, pensent que les militants et les responsables du Parti socialiste sont socialistes et qu’on la fera perdurer. Et je ne veux pas me priver de l’usage de socialiste et de socialisme parce qu’il ya des usurpateurs, des individus qui « volent les mots », comme je ne vais pas me priver du socialisme et le tenir pour nul et non avenu parce qu’il est des individus qui se réclament de lui et ne le pratiquent pas. Je n’ai rien à cirer des solfériniens et faire chaque fois une fixette. Lorsqu’on commencera à penser sans se référer à eux, certainement nous nous porterons mieux et avancerons.
Par ailleurs, le « on ne doit pas penser aux mêmes » me laisse supposer, camarade, que tu ne fréquentes guère le blog et que tu n’as été que peu attentif à la référence faite à Jacques Généreux, ce qui t’aurais évité de tenir pareille assertion.
Je veux bien qu’on ne soit pas d’accord avec ce que j’écris, mais encore ne faut-il pas lire de travers.

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche