Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 08:00

Le 29 mai 2005 les français votaient ‘non’ au TCE. Qu’à cela ne tienne, l’UMPS réunit en congrès à Versailles va s’assoir dessus. D’autres pays européens seront appelés à revoter jusqu’à ce qu’ils accouchent de la réponse attendue.

Le 3 novembre 2011, Papandréou annonce la tenue d’un référendum sur le plan de sauvetage concocté par le conseil européen des chefs d’Etat et de gouvernement qui prévoit la mise sous tutelle de la Grèce, le contrôle par la Troïka de la mise en place des mesures qui vont marchandiser les services publics, privatiser les infrastructures utiles au redressement économique, abonder les banques françaises et allemandes de l’argent dont les grecs assureront le transit à défaut de remettre en selle l’économie du pays. Merkel et Sarkozy s’insurgent contre pareille initiative : les grecs n’auront pas droit au référendum pour cause d’on ne sait jamais.

Le 11 mai 2015, Schauble, ministre des finances allemand, mise sur un ‘graccident’ qui éjecterait de facto la Grèce de l’Europe à défaut de pouvoir l’y contraindre et pour cela déclare : "Si le gouvernement grec juge nécessaire un référendum sur la question de la dette, alors qu'il le fasse. Ce serait peut-être une bonne chose* de laisser le peuple grec décider s'il est prêt à accepter ce qui est nécessaire* ou s'il veut autre chose*."

Autant dire que les référendums votés ou ceux qui pourraient l’être ne sont agrées que lorsqu’ils servent l’Europe libérale. Ce que résume J-C Juncker ainsi, le 29 janvier 2015 : « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens ».

***

*une bonne chose pour l’Europe libérale.

*nécessaire pour l’Europe libérale.

*autre chose : la sortie de la zone euro.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche