Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 06:23

Hier, nous étions Charlie. Aujourd’hui, nous sommes Syriza. Demain, nous serons Podemos.

Nous sommes tout cela, comme la France s’est réveillée résistante au lendemain de la 2ième guerre mondiale, cependant qu’une partie s’était trouvée à collaborer, l’autre à attendre la tournure des évènements.

En fait nous sommes toujours quelque chose.

Voici que ce qui était, pour certains, impossible hier s’avère possible. Voici que ce qui était illégitime est aujourd’hui légitime.

Combien aura-t-il fallu de morts pour arriver à cela ? Jusqu’à quel niveau de misère aura-t-il fallu contraindre la population grecque ?

Il n’est pas un parti en France qui ne se réjouit de la victoire de Syriza, pas un commentateur médiatique, pas un membre du personnel politique, pour trouver normale et justifiée l’expression du peuple grec, pour dire qu’il faudra en tenir compte. Nous sommes toujours conviés au spectacle du bal des faux-culs.

La Grèce, ce petit pays d’une poignée de millions d’habitants, est en position de faire changer l’Europe là où la France a échoué par manque de volonté et de courage politique de ses dirigeants ou qui, plus vraisemblablement, n’avaient pas le désir que cette Europe libérale et oligarchique change.

Tout ça tient à la volonté d’un peuple qui a décidé de ne plus subir, de se redresser, de retrouver sa dignité volée.

Un historien, spécialiste de la Grèce et de la politique des Balkans, observait hier que le choix était désormais posé à l’Europe de savoir si elle acceptait d’être démocratique ou pas. C’est ce que nous allons voir dans les jours prochains.

Résistance !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Il Rève 26/01/2015 06:55

Dans les titres d'abord: "la gauche de la gauche", "la gauche radicale", "l'extrême gauche". Dans les urnes ensuite. Les grecs ont voté pour la coalition qui s'opposait avec le plus de fermeté à l'austérité imposée par la troïka. Ils ont voté. Ils ont délégué. Reste à poursuivre le travail après cette victoire électorale encapsulée dans la démocratie parlementaire, dans ce pays qui construisit , le premier, une forme de régime démocratique. Dans la continuité enfin. Nous attendons l'Espagne avec attention qui depuis le mouvement des indignés ne cesse de présenter le visage d'un changement à base électorale. Certes nous sommes Syriza. Mais . . .

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche