Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 09:46

Collection Rivage de Poche- Petite bibliothèque

Quand vous êtes âgé et que vous abordez certains auteurs vous vous demandez pourquoi vous ne l’avez pas fait avant. Vous vous dites aussi, qu’ai-je à faire à mon âge de les lire alors que le terme est bientôt là. Puis vous pensez ceci : je suis à la fois la mer et le bateau. La mer parce que de la lecture que je fais je vais me modifier et de cette modification modifier les autres ; le bateau parce que modifiant les autres de leur élévation je vais m’élever encore. Ainsi pour être au terme, je peux encore de ce mouvement participer à l’aventure humaine, ceci jusqu’à ce que je ne puisse plus, mais ayant donné, peut-être, à quelqu’un le goût de cette aventure au plus grand bénéfice de tous. Il est là un orgueil qu’il ne me déplaît pas d’avoir, ou peut-être une courtoisie faite aux autres, un remerciement sûrement à ceux qui m’ont précédés et aux pas desquels il m’importe de m’attacher pour les continuer, l’espèce humaine étant une grande famille à qui il faut réserver ses soins.

Je me promenais aux rayons d’une belle librairie toulousaine, à l’angle opposé gauche de la place du Capitole lorsque le monument communal est dans votre dos, une curieuse librairie faites de magasins successifs non contigus, et je vois là, à l’étal intérieur, un petit livre de Gramsci : Pourquoi je hais l’indifférence ? Aussitôt acheté aussitôt lu, avec cette inconvenance que le livre passe devant tous les autres nombreux, qui sont à m’attendre au rebord de ma bibliothèque, comme un client passe devant à la file. Bien m’en a pris ! J’ai eu enfin ma réponse, un temps quémandée auprès des miens et sans qu’elle me soit apportée ; je suis un partisan (quoique camarade) parce qu’il faut prendre parti et non rester à l’indifférence que représente la position immobile au trottoir. Mais encore, j’apprends que ce n’est point défaut que d’être intransigeant, ce qui de tout temps m’a été reproché, dès lors qu’on a réfléchi et que l’intransigeance en a été fondée. Et ainsi à la suite, comme ce titre de chapitre préalable à toute incursion dans la vie politique : « Nous devons nous changer-nous-mêmes ». Mais tout autant que les pensées thématiques de Gramsci à raison de 2 à 3 pages par motif, la préface en une quarantaine de pages de Martin Rueff vous invite à penser, et sans que cela vous soit demandé, qu’il ya quelque raison à aller sans tarder écouter cet auteur ; ce que je vais faire plus largement.

Alors je songe à mon jeune homme du propos juste avant et qui craignait d’être influencé, à mes partisans-camarades, à la lecture de ce cartouche de Gramsci en haut du journal dont il était le secrétaire de rédaction : « Formez-vous parce que nous aurons besoin de toute votre intelligence, mettez vous en mouvement parce que nous aurons besoin de tout votre enthousiasme, organisez-vous parce que nous aurons besoin de toute votre force ».

http://www.monde-diplomatique.fr/2012/07/KEUCHEYAN/47970

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/231013/pourquoi-je-hais-lindifference-gramsci

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche