Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 07:02

Ma grand-mère, l’ariègeoise, aurait dit, à la vue de ces Pieds Nickelés (1), « Ils ont tellement le fion serré qu’un grain de millet ne passerait même pas ».

Il y a peu encore, le sieur Perez jouait le fier à bras, faisait le matamore devant une presse aux petits oignons pour lui. On allait voir ce qu’on allait voir. Parlant des candidats de la liste « Carcassonne, la citoyenne », il s’exprimait en ces termes : "Ils ont fait une erreur et ils vont la payer"(1). Depuis, les mêmes sont promus au rang de « cousins germains » (2). Pourquoi ?

1ier temps, la fédération audoise du PS commande un sondage qui se révèle pas bon pas bon du tout : l’ex camarade Perez montre ses biscotos, il pense d’un claquement de langue renverser la vapeur. 2ième temps, les voyants de la sortie clignotant de plus en plus au vert, changement de braqué : il beurre la tartine. Ceux qui étaient jusqu’ici : « Ces gens là », « les diseux », « les sectaires » qui, à l’entendre, « courraient l’aventure », après tout ils ne sont pas si infréquentables que ça, voire même ils seraient dignes d’intérêt. Mais vous avez déclaré, souvenez-vous sieur Perez : «Nous occuperons l’espace de la gauche jusqu’au centre droit» (3), ce qui, pour un socialiste est inconvenable. Occupez donc!

***

Mais c’est ailleurs qu’il faut chercher la défaite prochaine ou à venir de Perez et des « socialistes ».

Soyons attentif à cet échange entre Albert Sarraut (vieux et grand leader du parti radical) battu jadis par Georges Guille (celui qui a construit la SFIO dans l’Aude et que les socialistes du jour ont oublié). Sarraut demande à Guille pourquoi il a été battu. Réponse : « parce que vous n’étiez plus que des élus, avec vos députés, vos conseillers généraux…nous nous avions des sections. Et quand le combat s’est déclenché …nous avions des militants, vous n’aviez que des clients». « Le vieux Sarraut répond « Tu le connaitras un jour ce que j’ai connu ! Et Guille de constater : « le vieux Sarraut avait raison, le parti maintenant n’est plus qu’une série d’écharpes et le prochain coup de vent balaiera les écharpes ». (p263) (4).

A un autre moment Guille, qui ne se fait plus guère d’illusion sur l’évolution de son parti qu’il quittera d’ailleurs lorsque Mitterrand s’en emparera pour en faire le PS, déclarera : «…trop de socialistes bavardent de socialisme sans essayer de l’approfondir. Je mets en cause l’absence de culture socialiste. On ne forme plus de socialistes, on embrigade des agents électoraux. Là où il y avait des militants, il n’y a plus que des clients. Le notable venu par idéologie abandonne peu à peu l’idéologie pour ne faire que de la clientèle (p345) (4) ».

(1)http://exergue.over-blog.com/2013/11/municipales-carcassonne-c-est-trop-d-honneur-monseigneur.html

(2) http://www.ladepeche.fr/article/2014/03/05/1832379-carcassonne-quand-la-gauche-municipale-a-mal-a-sa-gauche.html

(3) http://www.ladepeche.fr/article/2013/12/08/1770451-carcassonne-perez-je-dirai-ce-qui-est-impossible-a-faire.html

(4) « Georges Guille, Le socialisme au cœur » de Jacques Fleury

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Thiollière 08/03/2014 09:51

Superbe. Merci de me donner des nouvelles de ce Georges Guille, bon prophète.

carol 06/03/2014 08:04

excellent!
et comme il est bon de revenir aux fondamentaux de nos convictions (pour ceux qui en ont..)
merci de faire vivre Georges Guille que certains petits barons bardés d'écharpes tricolores feraient bien de revisiter
http://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Guille

Daniel Plault 06/03/2014 08:21

Oui, Pérez a chaud au fion... 5 listes contre lui et des électeurs qui pour la première fois de puis longtemps se posent des questions.

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche