Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 06:35

Dans la postface de la nouvelle : Inconnu à cette adresse, dont-il a été question dernièrement dans ce blog, Nancy Huston écrit :

  • « L’ironie de la chose, c’est que ni la première édition ni les subséquentes n’ont cru utile de mentionner le fait que ce texte représentait une tentative désespérée de prévenir le monde de l’imminence de l’holocauste »,
  • puis : « Kressmann Taylor (l’auteur) n’était pas clairvoyante ; elle prêtait simplement une attention exceptionnelle à ce qui se passait dans le monde, et s’en inquiétait »,
  • elle continue : « Quel dommage que son message n’ait pas été entendu ! Mais personne ne s’attend à ce qu’une fiction, n’est-ce pas, puisse changer le cours de l’Histoire… ? ».

****

Arrêtons-nous sur la dernière citation. C’est prêter bien de l’importance à une nouvelle, fut-elle basée sur des lettres bien réelles.

Plus largement, c’est méconnaître l’être humain qui ne voit que ce qu’il a le désir de voir, n’entend que ce qu’il a le désir d’entendre, ne se saisit que de ce qu’il a le désir de se saisir.

C’est faire endosser aux peuples, en chacun de ses membres, une responsabilité certes indiscutable sur ce qui se passait en Allemagne, cependant en négligeant complaisamment celle des gouvernements et des médias d’alors qui, eux, savaient par des moyens propres et dont ils disposaient (espionnage, investigation).

****

Aujourd’hui comme hier, il n’est guère prudent pour les citoyens de penser les gouvernements et les médias au dessus de tout soupçon. L’histoire des mensonges, des omissions d’État et de la presse n’est plus à faire.

****

L’exemple du GMT, de ce point de vue, est, à nouveau, édifiant et nous contraint à ne pas nous bercer d’illusions.

Nos dirigeants savent ce qui se passe car ils en sont les commanditaires et ne disent rien.

La presse sait, mais ne consent pas à écrire une ligne là-dessus, et instaure le blackout.

Ceux qui, plus que les autres, sont en charge et ont les moyens de faire vivre la démocratie, faillent à leur devoir. N’informant pas et n’éclairant pas les citoyens, ceux-ci ne sont pas appelés au sursaut.

Quant aux peuples, quoi qu’informés, à l’instar de la nouvelle, par ceux qui tentent autant qu’ils le peuvent de les alerter, il semble bien que cela leur demande grand effort pour prendre la mesure de ce qui se passe et entrer en résistance.

****

Non ! Il ne suffit pas d’être averti. Cela est nécessaire mais insuffisant. Il faut ensuite agir.

Jadis, deux ouvrages de philo de terminale, l’un avait pour titre : la connaissance, l’autre : l’action. Une coquetterie intellectuelle ? Certainement pas ! La connaissance et l’action : 2 pôles indissociables.

La connaissance qui ne débouche pas sur l’action et l’action qui ne s’alimente pas de la connaissance sont des indélicatesses de l’esprit.

****

Reste la question : qu’est-ce qui bloque pour que de la connaissance on passe à l’action ?

****

Mais il ne fait aucun doute que dans quelques années, quelqu’un écrira une nouvelle, imaginons sur le GMT, à propos de laquelle on dira et écrira : « Quel dommage que le message n’ait pas été entendu ! ». Et ce ne sera pas faute d’avoir été averti.

****

Si nous avions été avertis !!!!!! La belle blague ! Ainsi témoigne à charge contre les pouvoirs politico-écomomico financiers représentés ici par l’industrie cinématographique hollywoodienne le travail récent d’un historien américain :

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Exergue
  • Exergue
  • : réflexions sur l'actualité politique, sociale...et autres considérations
  • Contact

Recherche